Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

bataille de méninges sur Switch par jeuxvideo.com

Alors que le Docteur Kawashima s’est offert un retour l’année dernière pour réveiller nos méninges, c’est au tour de la Cérébrale Académie de prendre le relais. La série, endormie depuis 2007 et son tout dernier épisode sur Wii, est toujours d’aplomb pour faire bosser notre cerveau au travers de différentes épreuves. Nouveauté cette fois, un focus particulier sur le multi. Alors, une réussite ?

Quand bien même les jeux vidéo stimulent plus le cerveau qu’ils ne le ramollissent, une séance de remise en forme ne fait jamais de mal. C’est ce que propose Cérébrale Académie : Bataille de Méninges, nouvel opus de la célèbre série, sortie à l’origine en 2005 sur Nintendo DS, cette fois regonflée à bloc pour la Switch. Regonflée à bloc car aujourd’hui, c’est le multijoueur qui est à l’honneur. Aux côtés d’une partie solo qui propose quatre modes de jeu et 20 épreuves pour muscler sa matière grise, il est possible de jouer jusqu’à quatre joueurs en même temps. Dans ce dernier cas, ce sera forcément assis dans un canapé, Joy-Con à la main. Cérébrale Académie : Bataille de Méninges prend en effet également en charge le tactile, avec même un mode à deux sur le même écran. Mais reprenons la leçon depuis le début avant toute chose.

Vite fait bien fait

Pour commencer, le solo. À un joueur, Cérébrale Académie : Bataille de Méninges propose tout d’abord un mode Entraînement pour s’améliorer et réaliser le meilleur score sur les 20 mini-jeux mis à disposition. Ces derniers sont répartis dans cinq catégories – analyse, maths, perception, identification, mémoire – et offrent un challenge varié mais qui manque d’épaisseur. Chaque séquence de jeu est chronométrée sur environ une minute et il ne faudra pas longtemps pour les explorer une première fois. Bien sûr, le but est avant tout de recommencer et d’augmenter son Score Cérébral et son Niveau Cérébral, notes décernées à la fin de l’Examen (autre mode solo) où les joueurs devront réussir une épreuve de chaque catégorie tirée au sort. Malgré tout, on aurait aimé en avoir davantage. Les mini-jeux restent toutefois agréables et efficaces, avec un plaisir naturel qui s’installe pour tenter de battre son record, le tout dans une ambiance mignonne.

Mais il faut bien l’avouer, Cérébrale Académie : Bataille de Méninges peine à inciter le joueur à s’investir en solo. En effet, en marge de l’Examen, le premier objectif est de gagner une médaille d’or sur chaque mini-jeu de l’Entraînement (minimum 400 points de Score Cérébral) pour débloquer l’Entraînement +, où toutes les épreuves débutent depuis un seuil de difficulté avancé. Après cela, il n’y a plus grand chose à se mettre sous la dent, si ce n’est farmer les petites séquences de jeu pour amasser un tas de pièces et remporter de nouveaux éléments cosmétiques pour son personnage. Les plus motivés trouveront certainement un sens à s’acharner pour obtenir les médailles de platine, plus haute distinction dans Cérébrale Académie. Il manque cependant quelque chose pour nous inviter à le faire, comme une sorte de fil conducteur, ce que n’apporte malheureusement pas la mascotte loquace du titre. Il faudra d’abord compter sur sa propre motivation.

Cérébrale Académie – C’est l’heure de l’examen (Gameplay)

Après quelques heures de jeu dans l’Entraînement et l’Examen, les joueurs se rendront ainsi naturellement vers le dernier mode solo, Bataille Fantôme. Un mode qui propose d’affronter le fantôme de personnes du monde entier, de ses amis ou de sa famille (il y a un système pour envoyer et recevoir l’identifiant de chacun). L’objectif sera alors de terminer un mini-jeu le plus vite possible pour déterminer le ou la meilleur(e). Une bonne idée qui met de plus en valeur l’investissement dans les autres modes et relance un tant soit peu l’intérêt du joueur, avec par exemple des guéguerres intelligentes qui pourront s’installer entre proches. Des batailles qui symbolisent aussi de nouvelles occasions de gagner des pièces et des Devises et Salutations, petites phrases pour afficher sa personnalité lors des combats. Comme les éléments cosmétiques de l’avatar, il y en a des dizaines. Notez que dans Fantôme du Monde, il y a un enjeu de classement mondial. Un bon point. Il y a enfin besoin d’un abonnement au Switch Online pour profiter des fonctionnalités en ligne.

Un multi réussi ?

On passe au mode multi. Comme expliqué plus haut, plusieurs choix s’offrent à vous dans ce cas : jouer à deux en tactile sur la même console (donc en portable) ou de deux à quatre joueurs sur l’écran, avec un Joy-Con. Dans les deux cas, il faudra à nouveau piocher dans les 20 mêmes mini-jeux, à la main ou aléatoirement, enchaîner les exercices rapidement et marquer le plus grand nombre de points : plus votre classement est bon, plus vous en remporterez. Le premier arrivé à 100 stoppe la partie, et celui qui a le plus gros score au bout des différents rounds est sacré vainqueur. Simple et efficace. Précisons qu’en multijoueur, chacun peut choisir la difficulté de son mini-jeu – elle est progressive le reste du temps – et que le jeu intègre un mode Aide Enfantine en solo comme à plusieurs pour rendre le tout accessible aux plus jeunes. Seul bémol quand le réglage n’est pas le même pour tous : un challenge élevé peut être synonyme d’une séquence, par exemple de chiffres, plus longue à reproduire. Un sacré handicap en multi où il faut aller vite.

La difficulté dans Cérébrale Académie, comment ça marche ?

Pour bien comprendre le fonctionnement des épreuves dans Cérébrale Académie : Bataille de Méninges, il faut savoir que, dans le mode solo, la difficulté est progressive. Ainsi, dans l’Entraînement, l’Examen, les Batailles Fantômes, elle monte de “enfantin” à “super expert” suivant six paliers. Le challenge continuera de grimper tant que vous gagnerez, et il descendra en même temps que votre score au moindre faux pas. Un bon point : après avoir recommencé des dizaines de fois un même mini-jeu pour obtenir le plus gros score, nous n’avons noté que de rares répétitions lors des paliers de difficulté. Notre tâche n’a jamais été véritablement facilitée car nous connaissions une épreuve par coeur, même si s’acharner dessus donnera logiquement un avantage.

Tout de même, mention spéciale au mode deux joueurs tactile sur une seule console, qui rend l’interaction avec les mini-jeux plus ludique et immédiate. C’est un constat que nous partageons aussi pour le mode solo : l’usage portable “avec les doigts” nous a paru beaucoup plus agréable que la manette. Dans certaines épreuves, notamment lorsqu’il faut sélectionner des points sur l’ensemble de l’écran, c’est même un véritable avantage supplémentaire. Pas de quoi rendre le jeu beaucoup trop facile pour autant. C’est en quelque sorte la façon principale d’utiliser Cérébrale Académie : Bataille de Méninges, afin de profiter de son atmosphère rigolote, pleine de bienveillance. Une atmosphère dont la partie technique est d’ailleurs pas mal en retrait – c’est plus ou moins logique avec ce genre de titre – et qui jure moins en mode nomade. Davantage de mini-jeux auraient pu bénéficier d’un plus grand soin. Ce n’est pas un plaisir pour les yeux, mais pour le cerveau.

Cérébrale Académie – Partie en multijoueur (Gameplay)

Conclusion
Points fortsÉpreuves agréables, surtout au tactileUn multijoueur simple mais efficaceUne ambiance colorée et mignonneLe Bataille Fantôme, une bonne idéeDu challenge, pas de “par coeur”Points faiblesManque d’un fil conducteurSeulement vingt épreuvesUn petit manque de soin

Selon ce que vous cherchez, vous trouverez plus ou moins d’intérêt dans ce Cérébrale Académie : Bataille de Méninges. Pas à considérer comme un party-game mais un programme d’entraînement mental sous forme de jeu vidéo, le titre de Nintendo fait bien le job si on le prend ainsi. L’ambiance est agréable, les mini-jeux variés avec une difficulté crescendo qui ne laisse que peu de place à la répétitivité, le multijoueur est simple mais efficace. Mention spéciale pour la Bataille Fantôme – une bonne idée pour déclencher des “guéguerres intelligentes” entre proches – et l’utilisation du tactile, qui s’est révélée pour nous comme la manière principale de jouer à ce Cérébrale Académie. Deux points nous laissent cependant sur notre faim : le faible nombre d’épreuves (seulement vingt) et le manque d’un fil conducteur pour nous inciter à nous entraîner, autre que la course aux éléments cosmétiques et le challenge pour le challenge. Une bonne expérience malgré tout, qui a de plus l’avantage d’être adressée aux plus jeunes, voire très jeunes, comme à ceux qui le sont moins.

L’avis des lecteurs
Donnez votre avis sur le jeu !

Par Indee, Journaliste jeuxvideo.com

MP

Lire l’article original sur jeuxvideo.com

bataille de méninges sur Switch par jeuxvideo.com - Actualités des Jeux Videos Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *