Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

Test de Kaze and the Wild Masks (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)


Aprs un passage vide suite au rachat de Rare par Microsoft, le plus clbre des gorilles avait sign son grand retour grce aux bons soins de Retro Studios, qui avaient su rinterprter la formule Donkey Kong Country de fort belle manire, avant que les hritiers de Playtonic ne reviennent leurs premires amours grce Yooka-Laylee and the Impossible Lair. Avec ce nouveau concurrent en forme d’hommage, le studio PixelHive tente lui aussi de rendre hommage une formule combien apprcie.

En choisissant de mettre en scne une lapine cartoonesque charge de sauver sa moiti en traversant des niveaux remplis d’ennemis, et en profitant de quelques transformations base d’autres animaux, Kaze and the Wild Masks ne cache pas franchement ses intentions, et choisit d’embrasser pleinement les codes du genre, mme l’heure de la distanciation sociale impose. Mais chercher tout prix se complaire dans le bouillon des annes 1990, la formule ne risquerait-elle pas de finir dans le formol ? 

La fiction nous l’a pourtant bien appris : on ne touche pas l’anneau.Babs les masques

Kaze and the Wild Masks emprunte au genre du platformer 2D bon nombre de ses poncifs, puisqu’une lapine ne portant rien entre ses chaussures et son gilet devra parcourir plusieurs dizaines de niveaux pour sauver son belltre des griffes d’un antagoniste un rien caricatural. Bref, tous les ingrdients sont runis pour tenter de marteler la corde nostalgique comme un bassiste funk en plein solo. 

Saut, rebond sur la face d’ennemis et collecte d’items gogo : l’aventure de PixelHive prend le soin de mnager sa colonne vertbrale, quitte passer pour un bon lve du genre. Il faut dire que derrire ses environnements super 16 bits du plus bel effet et sa farandole de couleurs, Kaze and the Wild Masks n’est pas des plus inventifs, puisqu’il emprunte sans vergogne et sans rougir la trilogie la plus culte du Rare de la grande poque. 

Le chara-design joue sa rougir la carte de l’humour.Flawless Viktory

Entre la collecte de quatre lettres, le point de vie supplmentaire matrialis l’cran, les stages bonus conditionns une compltion totale, le compte est bon. Ah, n’oublions pas les buddies de rigueur, ici remplacs par les transformations des masques ponymes, puisque l’aigle et ses projectiles en cloche font furieusement penser … Squawk, tout fait. Ajoutez cela des niveaux ronces, et il ne manque pour ainsi dire plus que les douces mlodies de Grant Kirkhope pour obtenir un score parfait sur l’chelle de l’hommage.

Le problme avec les flatteries, c’est que si elles offrent aux vieux nostalgiques une bonne raison de replonger en enfance, on ne peut s’empcher de se demander o elles se terminent, et o commence la bte copie. Et l’enchanement des diffrents niveaux, aussi varis et jolis soient-ils ne permet pas toujours de lever le doute. C’est peut-tre le premier boss, en droulant un pattern de projectiles strictement calqu sur King K. Rool la sauce Donkey Kong Country 2 qui apportera un lment de rponse. 

Vous la voyez l, l’inspiration ? Hase-been

Heureusement, les diffrentes transformations proposes offrent une exprience sympathique, certes assez peu surprenante, et qui semblent avoir t quelque peu sous-exploite, tant la plupart des stages ne les intgrent finalement pas. Certes, cela permet de varier les situations et de ne pas tomber dans la monotonie, mais l’impression que la mcanique des masques, qui s’invite pourtant dans le titre, reste sous-exploite.

En revanche, les artistes et animateurs s’en sont donn coeur joie, et le joueur un brin esthte profitera de bien belles ides de backgrounds, ce qui motivera les assidus de la compltion refaire certains stages pour y trouver les zones caches (et leurs preuves bonus express, CQFD), afin de dbloquer un niveau indit dans chacun des quatre mondes proposs. Dommage que les lettres K-A-Z-E et les 100 diamants rcolter n’opposent avant la toute fin aucun challenge. 

Rabbit season

Si les ennemis profitent d’un chara-design cartoonesque et penchant vers le comique, difficile de ne pas rapidement voir les limites de leur I.A., qui se contente presque du minimum, et malgr la satisfaction qui rsulte d’une phase de rebonds russie, leur masque de collision semble parfois avoir quelques trous dans la raquette. Les boss qui ponctuent logiquement chacun des quatre mondes proposs ne brilleront pas par leur originalit, mais offrent un vrai challenge pour s’en sortir sans le moindre dgt, une catgorie optionnelle dans laquelle seuls les mordus de plate-forme en manque chronique se jetteront.

Lire l’article original sur gameblog.fr


Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *