Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

Une action collective intente au Qubec contre Nintendo


L’affaire du Joy-Con Drift de la Switch n’en finit pas de faire parler d’elle. Aprs la plainte dpose en France contre Nintendo par l’association UFC Que Choisir et les diverses “class action lawsuits” intents aux tats-Unis, au tour d’un cabinet d’avocats canadien de mettre son grain de sel.

lire aussi : Joy-Con Drift Switch : L’UFC Que Choisir porte plainte contre Nintendo

Le site canadien TVA Nouvelles rapporte le dpt vendredi dernier d’une demande de recours collectif contre Nintendo par le cabinet d’avocats qubcois Lambert Avocat Inc. Cette action collective reproche Nintendo la prsence d’un “vice cach” prsent dans les diffrents manettes de la Nintendo Switch et de la Switch Lite qui rendraient ces dernires inutilisables. Bien videmment, ce “vice cach” provoque le phnomne plus communment appel “Joy-Con Drift.”

Par cette action, le cabinet souhaite obtenir une compensation pour les consommateurs qubcois qui se sont procurs une console et/ou des manettes Switch au cours des dernires annes. Sur son site, le cabinet dtaille ce qu’il reproche Nintendo et explique en quoi il est ici question d’un “vice cach” selon lui :

En vertu de la Loi sur la protection du consommateur, un consommateur qui achte un produit a droit ce que celui-ci serve l’usage normal auquel il est destin et que sa dure de bon fonctionnement soit raisonnable, compte tenu du prix pay et de l’utilisation qu’il en fait.

Le “Joy-Con Drift” constitue un dfaut important, grave et cach, en ce que :

-les consommateurs n’auraient pas achet les consoles ni les manettes dfectueuses ou n’auraient pas pay un prix aussi lev s’ils avaient connu l’esprance de vie rduite qu’ils pouvaient esprer de ces produits en raison du dfaut ;
-le dfaut empche ces produits de remplir la fonction pour laquelle ils ont t achets et entrane des inconvnients chez les consommateurs ;
-le dfaut n’a pas t rvl par Nintendo ;
-les consommateurs n’ont pas pu dceler le dfaut suite un examen ordinaire des produits.

De ce fait, Nintendo a galement fait passer sous silence un fait important, soit la qualit de ses produits, qui est un lment dterminant susceptible d’influer sur le choix clair du consommateur.

Facture rapidement sale

Prenant le cas de sa cliente utilise comme reprsentante des plaignants, Lambert Avocat Inc. explique que les personnes concernes par ce problme ont dans certains cas dpens plusieurs centaines de dollars canadiens en rparations et autres remplacements.

Par consquent, la plainte demande que chaque personne qui a achet une console Switch au Qubec ait droit 100 dollars canadiens (environ 65 euros) titre de dommages punitifs ainsi qu’ un montant compensatoire allant de 90 dollars canadiens (environ 59 euros) 130 dollars canadiens (environ 85 euros) pour chaque produit dfectueux.

Afin de donner plus de poids son dossier, le cabinet invite toutes les personnes rsidant au Qubec qui ont achet des consoles Nintendo Switch et/ou Switch Lite, et/ou des manettes Joy-Con et/ou Switch Pro, depuis le 1er aot 2017 s’inscrire sur son site et dtailler sa situation.

l’heure o sont crites ces lignes, Nintendo of Canada n’a pas comment cette demande d’action collective.

Lire l’article original sur gameblog.fr


Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *