Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

Deedlit in Wonder Labyrinth (PC)


Un peu plus d’un an aprs la pose des fondations en accs anticip, Record of Lodoss War : Deedlit in Wonder Labyrinth est dsormais un difice complet. Projet qui nous faisait saliver par son pixel art aguicheur, le projet indpendant men par Team Ladybug et Why So Serious peut donc enfin se dcouvrir dans son intgralit. Mais va-t-il plus loin que ce qu’il laissait entrevoir en mars 2020 ?

Srie de romans hroc fantasy signe Ryo Mizuno devenue manga ou encore OAV (le premier dit par Kaz en France, en 1994, Les Chroniques de la Guerre de Lodoss s’cartent du domaine du RPG dans lequel elles ont volu sur MSX, PC Engine, Super Famicom ou encore Dreamcast pour un style proche de celui de Castlevania : Symphony of the Night. Pardon, soyons plus prcis : la rencontre entre cet univers et le genre du Metroidvania ressemble davantage de la rapine. Le classique du jeu d’action d’exploration en 2D de Konami se retrouve partout. D’abord dans la dmarche de l’hrone, totalement calque sur celle d’Alucard, esquive comprise. Tout autant dans le bestiaire fait de manticores, diablotins, harpies, plantes ou pes vivantes et autres gargouilles aux attaques familires. Et puis les sons, certains arrires plans, et mme l’effet de stase lorsque l’on gagne un niveau d’exprience. Bref, on l’a dj dit : partout. Mais est-ce vraiment un mal ?

Qu’est-ce que tu bois doudou Dido ?

La rponse la question pose plus haut apparat vidente si l’on se focalise uniquement sur les atouts de Deedlit in Wonder Labyrinth. Son pixel art soign sied parfaitement son univers, tout comme ses mlodies – bien que les boucles semblent bien courtes et finissent par lasser. Les sprites sont pour la plupart sublimes. Ct animations, rien redire, c’est soign. Et diriger ? Un bonheur de lgret et de maniabilit, qui fait qu’un joueur assez habile parviendra sans mal se sortir des rixes qui l’attendent. Les boss, parfois gigantesques, prsentent des routines dont on peut se tirer sans trop de bobo. Ils constituent en fait, en plus d’un appeau la fan base de Lodoss to Senki et son folklore, le seul vritable challenge du jeu.

Les cratures plus mineures qui hantent des couloirs fichtrement plus vides qu’escompt n’ont malheureusement qu’en de rares occasions le droit de s’exprimer avant d’avoir pris les coups les faisant disparatre. Comprenez qu’ils restent assez statiques tant que vous n’tes pas un ou deux sprites d’eux et, part en grand nombre ou dans le dernier stage lorsqu’il peuvent cracher des rayons compliqus viter alors qu’on se retrouve tourdi, pas trs dangereux. Cette difficult gnrale faible peut se rvler un point fort pour les amoureux de la haute-elfe et ses compagnons pas tout fait l’aise manette en mains. Pour les autres, les demandeurs de Metroidvania exigeants, cela s’ajoutera au tableau des dceptions. Et elles sont nombreuses.

Castle un peu vann

Nous parlions plus haut d’environnements assez peu remplis en lments avec lesquels interagir. Il aurait pu y avoir tant de secrets, de mcanismes, d’objets rcuprer. Mais non. Deedlit in Wonder Labyrinth se contente du minimum en proposant un level design basique, sans surprise ct opposition ou plate-forme – part les tirs sur corde avec rebonds pour ouvrir certaines portes. On acquiert les pouvoirs qui feront aller plus haut ou plus loin sans grand enthousiasme. L’emploi des lmentaires colors Sylph et Salamander, qui offrent des capacits lies au vent (blanch) ou au feu (rouge) et obligent par moment switcher pour infliger des dgts ou ne pas en subir, faon Outland ou Lords of Shadow, reste trs limit. Le Soul Stream, des jauges rattaches ces deux entits et garantissant une recharge vitale constante tant qu’on cogne sans se faire toucher parat tout fait secondaire ct d’un usage bourrin des magies et des fioles de vie achetes chez Ghim.

Ct loot, c’est le calme absolu. D’une part parce que l’on n’a pas se soucier d’autre quipement que d’une arme de mle et d’un arc, qu’on change travers un menu d’un autre ge. Non, mme pas d’objet qui aurait des facults spciales proposer, juste des magies souvent un peu planques. De l’autre, parce que les ennemis lchent peu d’instruments de mort nouveaux. Et rarement intressants, par-dessus le march. Tout cela mne avancer mcaniquement, sans vraiment attendre grand chose d’un titre fichtrement dirigiste, dont on dcouvre, jamais vraiment convaincu, les six stages (pour autant de chapitres) et les fins fonds de la map en moins de six heures. Tout a pour quoi ? Pour une trame cryptique qui, au final, aprs d’ultimes affrontements sans ide, si elle agite bien les figures emblmatiques de l’anime, offre aprs d’ultimes affrontements sans ides et pas trs piques, des explications peu satisfaisantes. Au moins peut-on croire qu’une suite se profile et qu’elle aura plus d’ampleur. Et peut-tre plus de personnalit.

Lire l’article original sur gameblog.fr


Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *