Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

10 jeux vidéo pour explorer le Japon historique des samouraïs


News jeu 10 jeux vidéo pour explorer le Japon historique des samouraïs

Publié le 30/03/2021 à 17:56, mis à jour le 30/03/2021 à 18:00

Le jeu vidéo est le média par excellence pour voyager aux quatre coins du globe en temps de pandémie, et ainsi découvrir sans bouger de chez soi de lointains pays. Les joueurs ont toujours eu un attrait certain pour le Japon, patrie du 10e Art oblige, et pour son histoire. Si certains jeux proposent de parcourir le monde confortablement installé au fond de son canapé, d’autres permettent de plier l’espace ainsi que le temps durant quelques heures afin d’explorer certaines périodes historiques majeures, dont le Japon féodal… mais pas uniquement. La rédaction de jeuxvideo.com vous invite aujourd’hui le temps d’un périple vidéoludique tantôt réaliste tantôt fantastique au temps des samouraïs.

Genji : Dawn of the Samurai

Genji : Dawn of the Samurai est un jeu d’action à la troisième personne de 2005, similaire à Samurai Warriors pour ce qui est de son système de combat, développé par Game Republic (Dragon Ball : Origins, Dragon Ball Kai : Ultimate Butouden) et édité par Sony Computer Entertainment sur PlayStation 2. L’histoire suit les aventures de Minamoto Yoshitsune, une figure historique de l’époque Sengoku (littéralement “époque des provinces en guerre”), un récit emprunt de fantastique et vaguement basé sur la chronique poétique Heike monogatari (ou Le Dit des Heike). Minamoto cherche à venger son père, récemment assassiné par le clan Taira, l’un des quatres clans qui dominaient le Japon au cours de la période Heian (794 – 1185). Game Republic dégaine dès 2006 une suite sous-titrée “Days of the Blade”.

Bande-annonce de Genji : Dawn of the Samurai

Ghost of Tsushima

L’histoire du Japon inspire les studios depuis plusieurs générations, et Sucker Punch Productions (Sly Cooper, Infamous) n’échappe pas au phénomène. Le jeu vidéo est le vecteur idéal pour faire revivre certains événements qui ont marqué durablement un pays, et Ghost of Tsushima en est le parfait exemple. Ce jeu d’action-aventure en monde ouvert invite les sabreurs à incarner Jin Sakai. Ce samouraï à la tête du clan éponyme et neveu du Daimyo (un titre de noblesse japonais) Shimura, tente de repousser l’invasion mongole menée en 1274 par le Khan Khotun sur l’île dont le jeu tire son nom… Tsushima. Même si le leader des hordes venues des steppes mongoles est le cousin fictif du Khan Kubilai tandis que certains événements sont réarrangés, Ghost of Tsushima dépeint avec panache une fresque historique qui a embrasé l’archipel nippon au XXIIIe siècle.

Bande-annonce de Ghost of Tsushima

Muramasa : The Demon Blade

Muramasa : The Demon Blade (Oboro Muramasa de son titre japonais) est un Action-RPG destiné à la Wii (2009), puis la PlayStation Vita (2013), développé à l’origine par Vanillaware (Odin Sphere, Dragon’s Crown, 13 Sentinels : Aegis Rim) et édité par Marvelous. Murasama se déroule durant l’époque Edo (début 1600 – 1868) ou période Tokugawa dont le nom vient de Tokugawa Ieyasu, le dernier des trois unificateurs du Japon. Ce récit inspiré de la mythologie japonaise prend pour cadre une île d’Honshu en proie à une vague de violence encouragée par la soif de pouvoir du shogun Tokugawa et l’existence des Demon Blades, des sabres forçant leur porteur à tuer sous peine de voir une malédiction s’abattre sur eux. L’histoire s’attarde sur deux protagonistes aux destins croisés, Momohime, une femme possédée par un ronin vengeur, et Kisuke, et ninja amnésique.

Bande-annonce de Muramasa : The Demon Blade

Nioh

La mythologie et le folklore japonais sont autant de sources intarissables pour les studios et éditeurs. Nombreux sont les projets prenant pour cadre un Japon féodal fantastique, et Nioh est le parfait représentant de ce courant créatif. Ce Souls-Like développé par la Team Ninja, studios japonais à qui nous devons les sagas Dead or Alive et Ninja Gaiden, mais aussi Hyrule Warriors et Fire Emblem Warriors, pousse les joueurs à manier le sabre le temps d’une aventure sombre et sanglante au cours d’une année 1600 fictionnelle. Le récit se concentre sur un marin irlandais, William Adams, inspiré du célèbre britannique du même nom devenu l’un des rares samouraïs occidentaux. La suite Nioh 2 (2020) laisse le héros anglais profiter de sa retraite, et invite les joueurs à créer un avatar à leur image. La Nioh Collection incluant Nioh et Nioh 2 rassemble les deux protagonistes sur PlayStation 5.

Onimusha : Warlords

Pensé à l’origine comme un Resident Evil dans le Japon féodal, Onimusha : Warlords, développé et édité par Capcom, s’intéresse de près au samouraï Samanosuke Akechi et à son combat face aux forces de Nobunaga Oda. S’ensuit une quête pour sauver la princesse Yuki de démons alliés de Nobunaga. Le récit se déroule encore une fois durant la période Sengoku, et fait référence entre autres à la bataille d’Okehazama (mai-juin 1560), le premier fait d’armes marquant de Nobunaga Oda. Dans cette version alternative de l’Histoire, le seigneur de guerre est laissé pour mort sur le champ de bataille pour mieux réapparaître un an plus tard. La saga Onimusha se poursuit en 2002 avec Onimusha 2 : Samurai’s Destiny, puis Onimusha 3 : Demon Siege Siege en 2004. Pour information, Jean Reno y interprète un personnage jouable; celui de “Jacques Blanc”. Plusieurs spin offs enrichissent également l’univers de la franchise.

Bande-annonce de Onimusha : Warlords

Ryū ga Gotoku Kenzan!

Difficile, si ce n’est impossible, de parler de reconstitution vidéoludique du Japon contemporain sans aborder la saga Yakuza. Mieux encore, Sega, le temps d’un spin off historique, projette son univers à la fois réaliste et fantasque à l’époque Edo. L’histoire débute suite à la bataille de Sekigahara (21 octobre 1600) et la victoire du clan Tokugawa face au clan Toyotomi. Ryū ga Gotoku Kenzan ! (2008) conte l’histoire d’un ancien maître d’armes, Miyamoto Musashi, devenu garde du corps (ou yojimbo) à Gion, un district de Kyoto. La rencontre d’une jeune fille, Haruka, va forcer Miyamoto, désormais connu sous le nom d’emprunt “Kazumanosuke Kiryu”, à reprendre les armes. L’histoire continue dans Ryū ga Gotoku Ishin !, une suite sortie en 2014.

Bande-annonce de Ryū ga Gotoku Kenzan !

Sekiro : Shadows Die Twice

Sekiro : Shadows Die Twice est un jeu d’action-aventure développé par les studios FromSoftware (la saga Dark Souls, Bloodborne) et édité par Activision. La formule du réalisateur Hidetaka Miyazaki quitte les contrées gothiques des “Souls” le temps d’un périple initiatique à travers un Japon réimaginé du XVIe siècle, et plus précisément de l’époque Sengoku (1477 – 1573). Le récit se concentre sur un shinobi, nommé simplement “Le Loup” par Ukonzaemon Usui, ayant juré de protéger l’Héritier Divin “Kuro”. Sekiro : Shadows Die Twice vous propulse le temps d’une aventure aussi exigeante que dépaysante au cœur d’un archipel nippon féodale et fantastique influencé par les mythes et les légendes ayant façonné la Dark Fantasy japonaise.

Bande-annonce de Sekiro : Shadows Die Twice

Tenchu : Stealth Assassins

Tenchu : Stealth Assassins est un jeu d’action-aventure centré sur l’art ancestral du ninjutsu et donc de l’infiltration. Développé par Acquire (les sagas Way of the Samurai, Shinobido) et édité par Activision en dehors du Japon en 1998, ce premier “contrat” est à l’origine d’une saga riche de neuf épisodes, dont Tenchu 2 : Birth of the Stealth Assassins (2000) et Tenchu : La Colère Divine (2003). C’est surtout un précurseur dans le domaine de l’assassinat en toute discrétion, bien avant un certain Altaïr et la Confrérie des Assassins, au sein d’environnements semi-ouverts. Situé historiquement et sans grande surprise au XVIe siècle, Tenchu : Stealth Assassins intègre à son univers des éléments de Fantasy historique et de la mythologie japonaise pour épicer son univers.

Gameplay de Tenchu Tenchu 2 : Birth of the Stealth Assassins

Total War : Shogun 2

Les amateurs de jeux de stratégie à grande échelle connaissent assurément la franchise Total War. Devenir Shogun à la place du Shogun, telle est la promesse de Total War : Shogun 2 (2011) et de son extension Fall of the Samurai (2012). Le titre des studios anglais Creative Assembly s’attarde sur une période charnière et mouvementée de l’Histoire japonaise, le XVIe siècle, et plus précisément le shogunat d’Ashikaga au lendemain de la guerre d’Onin. Total War : Shogun 2 est l’occasion de revivre, ou de réécrire les événements, en prenant le contrôle de l’un des clans engagés dans le conflit à travers son charismatique seigneur de guerre. Le jeu précédent de la série, à savoir Shogun : Total War (2000), couvre une période historique similaire allant du XVe siècle au début du XVIIe siècle.

Way of the Samurai

Way of the Samurai est un jeu d’action-aventure de 2002 développé par Acquire (Tenchu, Shinobido). Le récit s’inscrit à la fin du XIXe siècle, juste après la chute du shogunat Tokugawa et donc le début de l’ère Meiji (1868 – 1912), et plus précisément la rébellion de Satsuma (1877). Cette période se caractérise par la fin de la politique d’isolement volontaire connue sous le nom de “sakoku” et une politique de modernisation d’un Japon impérial. C’est dans ce contexte qu’un ronin, un samouraï sans maître, errant dans l’arrière-pays s’implique dans un conflit opposant des clans rivaux. La saga se poursuit par la suite dans Way of the Samurai 2 (2003), Way of the Samurai 3 (2008), puis Way of the Samurai 4 (2011).

Les plus attentifs ont probablement remarqué certaines absences. Que ce soit pour des raisons historiques et/ou ludiques, les Muso Samurai Warriors et Sengoku Basara (Devil Kings en occident) ainsi que le jeu d’action-aventure Okami (et son remaster Okami HD) furent écartés de la sélection.

A lire également :

Par Silent_Jay, Journaliste jeuxvideo.com

MPTwitter

Lire l’article original sur jeuxvideo.com


Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *