Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

GTA 5 : Comment le jeu de Rockstar Games reste-t-il au top 8 ans après sa sortie ?

News jeu GTA 5 : Comment le jeu de Rockstar Games reste-t-il au top 8 ans après sa sortie ?

Publié le 08/08/2021 à 13:35, mis à jour le 08/08/2021 à 13:31

À l’heure où le non officialisé Grand Theft Auto VI ne cesse de faire couler l’encre, Grand Theft Auto V – GTA V pour les intimes – continue semaine après semaine de truster la première place du podium des jeux les plus vendus. Comment, après plus de huit années de commercialisation et trois générations de consoles, le jeu de Rockstar Games attise-t-il toujours autant les passions ?

Aujourd’hui, Grand Theft Auto V n’est plus seulement un gigantesque open-world récompensé par la presse et acclamé par les joueurs, c’est aussi des chiffres astronomiques et des records par dizaines. Courant 2018, le jeu devient le produit de divertissement qui a rapporté le plus d’argent de tous les temps ; il avait enregistré à lui tout seul près de 6 milliards de dollars de recette alors que le film Avatar de James Cameron s’en tirait avec “seulement” un total de 2,8 milliards de dollars. À la fin de la même année, ce cinquième opus devient le deuxième jeu vidéo à franchir la barre des 100 millions de ventes (le premier étant Minecraft). En 2019, la production comptabilise plus de 523 millions d’heures vues sur Twitch et au 31 décembre 2020, le titre vend un total de 140 millions d’exemplaires à travers le monde. Vous l’avez compris, le succès du jeu sorti pour la première fois en 2013 sur PlayStation 3 et Xbox 360 est insatiable et cela n’est pas près de s’arrêter. Le jeu s’apprête à ressortir le 11 novembre 2021 sur les consoles next-gen (PlayStation 5, Xbox Series X|S) avec quelques nouveautés, qui, nul doute, attireront de nouveaux fans. Mais comment expliquer un tel succès ?

Un Solo plus que généreux, un Online qui se réinvente continuellement

La saga maintenant incontournable a toujours su faire parler d’elle. Dès 1997, date de lancement du premier opus, la série attire les foudres des parents indignés et des politiques contrariés en proposant aux joueurs d’être dans les bottes d’un anti-héros situé du mauvais côté de la barrière. Ce dernier peut aussi bien remplir des contrats pour des chefs de gang mal lunés ou verser le sang dans les rues de la ville en tout liberté. Bien évidemment, c’est surtout ce second point qui a multiplié les polémiques, mais c’est aussi ce qui a séduit les joueurs. Il faut dire que pouvoir faire tout et n’importe quoi dans une gigantesque métropole est un programme plutôt alléchant. C’est d’ailleurs ce concept que les frères Houser, les papas de la série, ont décidé de développer au fil des années et des productions jusqu’à atteindre un paroxysme en 2004 avec l’arrivée de Grand Theft Auto : San Andreas, un épisode qui, aujourd’hui encore, continue de séduire un nouveau public. Dans San Andreas, tout est possible : se balader en ville à vélo ou dans un véhicule, customiser ce dernier, jouer à des jeux d’argent, se mêler à des guerres de gang, participer à des courses de voiture, investir dans un appartement, faire du shopping, de la musculation, du basket-ball et j’en passe. Afin de réitérer le succès de San Andreas, Rockstar Games, avec Grand Theft Auto V, choisit de pousser ce curseur encore plus loin.

Le cinquième épisode de cette saga phare a été livré en 2013 avec un Solo au contenu conséquent. En plus d’une longue histoire principale dévoilant trois personnages jouables charismatiques et finement étudiés pour convenir aussi bien aux nouveaux venus qu’aux fans de la première heure (Franklin a tout de même un petit air de C.J., le héros de San Andreas), le titre dévoile des possibilités infinies ou presque. On retrouve donc tout ce qui fait le charme de l’épisode de 2004, c’est-à-dire une grande liberté, une gigantesque carte et des activités en pagaille. Désormais, en plus de pouvoir visiter librement un Los Angeles (renommé pour l’occasion Los Santos) plus vrai que nature, il est aussi possible d’explorer les fonds marins, de jouer au tennis et même de pratiquer le golf. Tous ces attributs ont fait de GTA V un grand jeu qui pouvait déjà occuper les joueurs des centaines d’heures, mais ça, c’était sans compter sur l’arrivée d’un mode multijoueur.

Lancé deux semaines après la sortie initiale de Grand Theft Auto V, ce mode multijoueur intitulé Grand Theft Auto : Online réalise l’exploit de transposer la recette GTA dans un monde en constante évolution où de nombreux joueurs (16 joueurs sur consoles de septième génération, puis 30 sur PC, PlayStation 4, Xbox One) peuvent accomplir tout ce qui leur passe par la tête. Escalader le plus haut mont de Los Santos puis le dévaler à toute vitesse en motocross, faire du saut en parachute, contempler la ville californienne du haut de la grande roue, customiser son bolide, dévaliser une boutique, voler un sous-marin… tout cela est possible. Vous l’avez compris, ici, les joueurs ont pour seule limite leur imagination. C’est sûrement pour cette raison que les aficionados reviennent sans cesse parcourir ce monde virtuel qui promet des expériences complètement différentes d’une session à une autre. Mais même les plus ingénieux finissent par se lasser. C’est là qu’entrent en scène les mises à jour régulières.

Les premiers mois, l’expérience de jeu manquait de contenu, mais rapidement, afin d’assurer la loyauté de sa communauté, Rockstar Games enrichit sa proposition en dévoilant de nouvelles possibilités comme le fait de pouvoir organiser ses propres braquages ou encore de créer avec des amis des entreprises illégales. Les mois se sont écoulés et le mode Online de Grand Theft Auto V a même fini par proposer des yachts, un casino ou encore une toute nouvelle île située au sud-est de Los Santos. Cette dernière mise à jour majeure qui a vu le jour à la fin de l’année dernière intègre notamment de nouvelles missions, des armes et véhicules supplémentaires, dont un sous-marin lourdement armé, et un lot de 100 nouvelles chansons pour rythmer vos balades nocturnes au volant d’une belle italienne.

GTA Online : Un nouveau trailer pour le braquage de Cayo Perico

Des mods, en veux-tu ? En voilà !

À l’image de Bethesda et de son The Elder Scrolls V : Skyrim, Rockstar Games n’est pas le seul responsable du succès de son jeu. En effet, avec le lancement de Grand Theft Auto V sur PC en 2015, les joueurs se sont approprié le titre en l’enrichissant de nouveaux contenus grâce au modding (action qui consiste à modifier ou à ajouter des éléments non prévus par les développeurs dans un jeu). Ce qui se traduit par l’arrivée d’une centaine de mods tous plus fous les uns que les autres. Certains vous proposent de prendre le contrôle de l’HulkBuster d’Iron Man, quand d’autres modifient les marques des voitures pour ajouter une petite touche de réalisme supplémentaire, augmentent considérablement le nombre de tenues vestimentaires ou additionnent même les animations de notre trio de héros. Des moddeurs plus courageux sont encore allés plus loin en modifiant intégralement l’aspect visuel du soft ou en proposant des serveurs Role Play. Bien entendu, ce sont ces serveurs qui, aujourd’hui, contribuent à la longévité du jeu.

Ces serveurs non officiels – vous permettant de créer entièrement votre personnage (physique, caractère, métier) et de l’incarner à la perfection – ont accentué la dimension sociale de la production et donné un petit coup de jeunesse à une recette vieillissante. Au début, utilisé par une poignée d’initiés du monde du jeu vidéo, GTA V RP, grâce à son concept délirant et aux streamers populaires qui se sont attardés sur le sujet, a rapidement accrut sa popularité et a dépassé le maître. Une hausse de la fréquentation se fait sentir au cours de l’année 2019, mais c’est seulement en avril dernier que le phénomène explose. À cette date, le mod Role Play enregistre sur Steam un pic de 250 000 joueurs, dépassant largement le jeu initial qui se contente d’un pic de 124 000 joueurs sur cette même période.

Mais finalement, ce qui favorise ce succès, c’est peut-être tout simplement l’arrivée de nouvelles générations de joueurs (le jeu a bientôt 10 ans), mais aussi l’absence de concurrents directs sur le marché. Du temps de Grand Theft Auto : San Andreas ou plutôt de l’ère PlayStation 2, Xbox, bon nombre d’open-world étaient accessibles. On se souvient de la saga Just Cause qui aujourd’hui n’arrive plus à surprendre, des True Crime qui vous proposent dans un premier temps d’évoluer dans un gigantesque Los Angeles puis, dans un second temps, dans un New York reconstitué, des Saints Row ou même des The Getaway… Aujourd’hui, si ce n’est la série Watch Dogs qui ne joue pas vraiment dans la même cour, Grand Theft Auto V n’a pas d’équivalent et il se pourrait même que ce soit ainsi jusqu’au lancement de Grand Theft Auto VI qui, d’après les dernières rumeurs, pourrait voir le jour entre 2024 et 2025.

Les raisons de ce succès sont bien évidemment multiples. La première et la plus évidente est que Grand Theft Auto V est un excellent jeu qui regorge de contenus et de possibilités pour les joueurs solitaires. Son mode multijoueur évolutif et unique en son genre n’est pas en reste puisqu’il a retenu son public sur le long terme en dévoilant sans cesse des nouveautés. Et l’arrivée de la version PC, accaparée par les moddeurs en herbe, a fini par accentuer encore plus la popularité du titre qui traverse avec une facilité déconcertante les différentes générations de consoles.

Lire l’article original sur jeuxvideo.com

GTA 5 : Comment le jeu de Rockstar Games reste-t-il au top 8 ans après sa sortie ? - Actualités des Jeux Videos Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *