Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

Quand les agents de Tom Clancy font grève – Les grands abandons de la huitième génération de consoles


Véritable poule aux oeufs d’or d’Ubisoft, la marque Tom Clancy, en collaboration avec le romancier américain du même nom mort en 2013, a su conquérir le monde vidéoludique en déployant régulièrement des jeux tactiques de qualité. Les derniers en date ne sont autres que The Division 2 ou encore Ghost Recon Breakpoint. Mais avant d’obtenir une telle aura dans notre loisir préféré, la marque Tom Clancy a fait son petit bonhomme de chemin en délivrant dès 1998 une oeuvre qui a su marquer les esprits. Il s’agit, bien entendu, du premier épisode de la saga Rainbow Six, tiré du livre éponyme. Aujourd’hui, nous allons nous attarder sur ce qui aurait dû être le huitième opus de cette série avant d’être tout bonnement remplacé par le jeu multijoueur que nous connaissons tous : Rainbow Six Siege.

Rainbow 6 Patriots

Tout d’abord pensé pour être un jeu de septième génération (PlayStation 3, Xbox 360), le titre annoncé pour la première fois en novembre 2011 devient fin 2013 un produit de huitième génération. Axé sur une narration réaliste et immersive où les différents agents font face à une menace terroriste, le FPS Rainbow 6 Patriots souhaite sensibiliser le joueur en proposant une violence accrue par rapport aux épisodes précédents, ainsi que de multiples points de vue. Pour la première fois dans la série, comme le confirme notre preview publiée en 2011, le joueur ne se limitera plus aux contrôles des unités de la Rainbow Six, mais incarnera également divers protagonistes, un civil piégé par un gilet explosif, des policiers ou même des urgentistes. Mais malgré toutes ces bonnes idées, la faute à une annonce précipitée, le titre d’Ubisoft Montréal reste dans l’ombre pendant deux bonnes années. C’est seulement en 2013 que ce dernier refait surface. Laurent Detoc, le président d’Ubisoft en Amérique du Nord annonce que le développement du jeu a repris de zéro.

Il y a un groupe éditorial chez Ubisoft, un grand groupe très influent. Si le jeu n’est pas assez bon, ils le disent. La plupart du temps, les développeurs répondent “oui, on sait”. Mais parfois, ils veulent continuer dans une direction qui ne fonctionnera pas. Rainbow 6 Patriots a dû être refait. C’est l’un des exemples où lorsque vous essayez et que ça ne marche pas, vous essayez à nouveau.

Rainbow 6 Patriots – Les idées se montrent en vidéo

Cette mauvaise nouvelle s’accompagne cependant d’une bonne nouvelle. Laurent Detoc précise que ce revirement de dernière minute permet au FPS narratif de bénéficier des avantages des nouvelles consoles. Cependant, le changement est drastique pour la production d’Ubisoft, puisque la partie narrative est maintenant placée au second plan. Rainbow 6 Patriots s’accentuera désormais sur le multijoueur en ligne.

Avant, lorsque l’on développait des jeux, on se concentrait en priorité sur la campagne solo, et c’est à partir de là que l’on élaborait le gameplay pour le mode multi. Avec Rainbow Six, nous nous sommes dit : “OK, nous devons changer notre manière de procéder”. Nous nous sommes donc d’abord occupés du mode multijoueur avant de développer la campagne solo. Du coup, ça nous a amenés à changer complètement le jeu. Nous avons décidé de repartir de zéro avec cette nouvelle philosophie en tête. Ce choix a été motivé par ce que nous voyons sur le marché, et puis nous souhaitions développer un jeu avec un mode multi tournant en 60 fps. Yves Guillemot, cofondateur d’Ubisoft via CVG

De son côté, Olivier Couture, le directeur technique d’Ubisoft Montréal, évoque une tout autre raison dans le magazine Rock, Paper, Shotgun. Selon lui, ce nouveau départ a été effectué pour mettre en place une toute nouvelle mécanique de jeu : le décor destructible en temps réel. Une mécanique que le studio n’avait pas réussi à mettre en place sur les consoles de septième génération.

Pour être totalement transparent, j’ai travaillé sur Rainbow 6 Patriots pendant trois ans et demi et il s’agissait d’un jeu Xbox 360 et PS3. Les consoles next-gen étaient sur le point de sortir et nous nous sommes dit : “OK, nous aussi on veut offrir une expérience next-gen. Que pouvons-nous faire ?” Nous étions en train d’essayer une nouvelle technologie liée à la destruction des décors, et nous avons réalisé que cela changeait vraiment le visage du jeu. Nous avons donc tenté de la faire fonctionner sur les consoles old-gen, mais nous n’avons pas réussi. Du coup, nous avons préféré tout remettre à plat et faire ce qui convenait le mieux.

Vous l’avez compris, ces deux nouvelles composantes, multijoueur et décor destructible, ont fait naître un tout nouveau projet qui aujourd’hui s’impose encore et toujours dans votre salon et surtout sur la scène eSport. Il s’agit bien entendu de Rainbow Six Siege, un jeu présenté pour la première fois à l’E3 2014 et rendu disponible un an plus tard sur PC, PlayStation 4 et Xbox One.

Rainbow Six Siege à l’E3 2014

Ghost Recon Phantoms

Après la saga Rainbow Six, nous nous attaquons cette fois-ci à une autre série iconique de la marque Tom Clancy, il s’agit évidemment de Ghost Recon. Né en 2001 sur PC, même si moins impactant que Rainbow Six, cette saga tactique militaire à su marquer les esprits en proposant pas moins de sept jeux canoniques sur de nombreux supports, dont le récent Ghost Recon Breakpoint sur PC, PlayStation 4 et Xbox One. Mais avant de nous proposer cet épisode grandement orienté multijoueur, la saga avait rendu disponible courant avril 2014 une expérience free-to-play sur PC nommée Ghost Recon Phantoms. Elle aussi multijoueur, cette expérience opposant deux équipes de huit joueurs sur trois modes de jeu différents a été présentée pour la première fois en mai 2011 sous le nom de code Ghost Recon Online et rendu jouable quelques mois plus tard en version bêta. Le lendemain de l’E3 2011, Ubisoft dévoile également qu’une version Wii U de ce Ghost Recon Online va voir le jour. Bien évidemment, c’est surtout cette dernière qui va nous intéresser durant ces prochaines lignes.

Ghost Recon Phantoms : La guerre façon Wii U

La version Wii U de Ghost Recon Online bénéficie de nombreux avantages par rapport à la version PC. En effet, afin d’accentuer l’aspect tactique et stratégique du jeu multijoueur, le titre compte utiliser la mablette de la console de Nintendo. Bien plus qu’une simple manette, cet appareil sur lequel nous nous sommes attardés sur la page La Wii U, une console trop vite oubliée de notre dossier, permet de communiquer avec les autres membres de votre escouade, de gérer les ordres tactiques ou encore de contrôler des drones à distance, idéal pour vérifier si des ennemis se cachent dans les environs. Malheureusement, même si Ubisoft affirme le contraire pendant un temps, la version Wii U est rapidement mise de côté, si bien que les joueurs n’obtiennent pas de nouvelles de cette dernière avant juin 2012. Tony Key, vice-président senior des ventes et du marketing chez Ubisoft, confirme via IGN que Ghost Recon Online Wii U est toujours d’actualité, mais qu’il arrivera plus tard. Selon ses dires, l’équipe prend plus de temps que prévu pour mettre en place la mouture PC.

Si on commence à travailler trop rapidement sur la version Wii U, on pourrait finir par perdre beaucoup de temps, car il est plus facile de tester et d’apprendre sur PC. On peut donc tester et essayer des choses sur la version PC de Ghost Recon Online et ensuite appliquer le meilleur de nos résultats sur Wii U pour en faire un super jeu. C’est un produit atypique pour une console et on veut le terminer.

C’est seulement courant septembre de la même année qu’Ubisoft avoue enfin la mauvaise nouvelle. La version Wii U de Ghost Recon Online est mise de côté. Pour rattraper le retard, le producteur du jeu précise que l’équipe normalement en charge de la version console travaille actuellement sur la version PC. Mais malgré toutes ces mésaventures, la bêta PC fonctionne et attire de plus en plus de monde. Le titre multiplie alors les événements et invite d’autres licences cultes d’Ubisoft à se joindre à la fête comme les sagas Assassin’s Creed, ou encore Splinter Cell, un autre produit Tom Clancy. Le 10 avril 2014, le TPS multijoueur Ghost Recon Online sort de sa phase de bêta, fait peau neuve et devient Ghost Recon Phantoms. Ce lancement officiel est un véritable succès pour l’éditeur français. En à peine un mois, le jeu devient le troisième titre free-to-play le plus joué sur Steam. Pour fêter cela comme il se doit, Ubisoft offre une infographie dévoilant l’attirance qu’ont les joueurs pour ce Ghost Recon Phantoms. En effet, le TPS d’Ubisoft totalise plus de cinq millions d’utilisateurs inscrits et un million de joueurs actifs.

Avec un tel engouement, on aurait pu s’attendre à ce que le studio reprenne en vitesse le développement de la version Wii U, mais il n’en est rien. Le succès soudain retombe presque aussitôt, si bien qu’Ubisoft annonce le 25 août 2016 sur Steam la fermeture prochaine des serveurs de Ghost Recon Phantoms.

Après plus de quatre ans de batailles, de combats, de morts et de beaucoup de plaisir, nous avons pris la décision difficile de fermer Ghost Recon Phantoms. C’est une journée difficile pour notre studio et pour l’équipe, dont certains travaillent sur ce projet depuis sa création il y a sept ans. L’arrêt du jeu aura lieu le 1er décembre.

Malgré ce beau projet qui tombe à l’eau, Ubisoft décide quelques années plus tard de retenter l’expérience du free-to-play en annonçant lors de l’E3 2019 un certain Roller Champions. Bien qu’opposé aux licences Tom Clancy, ce Roller Champions sera également proposé gratuitement sur de nombreuses plateformes de jeu. À l’image de Rocket League, le jeu de sport signé Ubisoft a pour vocation de proposer un jeu amusant, facile à prendre en main, mais difficile à maîtriser. Il ne nous reste plus qu’à patienter pour savoir si Roller Champions s’aura s’imposer suffisamment longtemps sur le marché pour nous faire oublier le triste épisode Ghost Recon Phantoms.

Roller Champions montre son gameplay à l’E3 2019

Lire l’article original


Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *