Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

Test de DIRT 5 (PS4) – Critiques jeux vido


Lorsqu’on prend le volant d’un DIRT, il faut bien lire toutes les mentions sur titre. Avec DIRT 5 on est pas dans un DiRT Rally, mme s’il y a beaucoup de terre souleve sur l’image de la jaquette. On espre aussi ne pas tre dans DiRT 4 et renouer avec tout ce qui faisait le el et le fun de la srie, notamment de son second pisode. L’objectif est atteint, mais la route reste sinueuse.

Codemasters a le luxe de pouvoir potentialiser ses ressources. Synonyme de jeux de caisses depuis des dcennies, l’diteur/dveloppeur rinvente sans cesse la roue. Avec la licence DIRT, il faut clairement dfinir le terrain sur lequel on va jouer. Ici, c’est fun et arcade, mme si on se lie un certain ralisme.

La Stratos, vieille gloire au style inimitableThe real voitures

Ce mlange de ralisme et d’arcade n’est pas nouveau et il fonctionne plutt bien. Depuis nos regrettes salles sombres, on peut conduire de vritables bolides sans se prendre la tte avec des dizaines de variables et des sanctions punitives.

DIRT 5 propose de conduire toutes sortes de caisses. Des voitures de Rallye rcentes jusqu’aux sprint cars en passant par les catgories les plus extrmes. Le choix est trs large (12 catgories) et le comportement gnralement homogne ; a glisse dans tous les sens. Ce qui est intressant, c’est qu’on retrouve de vritables modles dont quelques belles gloires historiques l’image des Lancia Stratos par exemple. Les machines sont plus ou moins performantes et la difficult s’en trouvera d’ailleurs module en consquence. Lorsque les courses se corsent, il devient difficile de rester aux avant-postes sans mettre la main au portefeuille pour trouver plus rapide. Ceci, toutefois, si vous montez un peu le niveau de difficult trop bas de base.

Pas de rglages, on met le contact et en avant. Pas de dgts non plus, mme si les carrosseries souffrent (d’assez belle manire d’ailleurs), c’est juste pour le spectacle. Et enfin, pas d’amliorations ou de changements de pices non plus. Du fun et du direct qu’on vous dit.

Les voitures sont classes en lettres, on reste trs arcade dans la catgorisationRestez sur la route

Ou plutt sur les sentiers, puisque s’il y a un peu de Rallycross, c’est trs majoritairement sur la terre et en circuit ferm que tout se passe. L’absence tonnante de mode Flashback ou de retour sur image en cas de sortie de piste ou de gros crash tranche avec l’orientation arcade du titre. Est-ce un choix de design, ou une facilit technique ? L’absence concomitante de rtroviseur pourrait laisser penser que c’est plus par limitation technique.

D’ailleurs pour appuyer encore plus cette sensation, on peut noter galement l’absence remarquable d’un replay de la course, alors qu’il est tout fait possible de prendre de trs jolis clichs en mettant en pause pour activer le mode photo. Ce dfaut est cependant gomm par la dure des courses assez courte. Si vous vous plantez, vous ne perdez pas non plus une demi-heure recommencer.

Vous en aurez d’autant plus envie que graphiquement le jeu est trs russi. Si les tracs sont fantaisistes, ils s’inspirent des ambiances et des cultures de diffrents pays avec de trs jolis effets de lumire et des variations dynamiques, aussi bien pour les cycles jour/nuit, que pour les vnements mtorologiques. De nuit et sous la pluie, le bain de boue n’en est que plus agrable. Vous pourrez ainsi profiter d’une dizaine d’environnements. Sur PS5, cela dcolle encore plus la rtine.

De nombreuses catgories sont prsentesCa glisse ou a colle

Sur ces tracs varis, on peut exprimenter divers types de surfaces. Terre, gravier, sable et bitume. Les sensations sont globalement trs bonnes et on prend un certain plaisir chercher l’quilibre entre glisse et motricit tout en essayant de coller aux objectifs spcifiques fixs en dbut de chaque course. Il peut s’agir de faire un saut assez long, de se maintenir un certain temps une vitesse donne… Tout cela ajoute un peu de sel et d’argent dans votre besace.

Mais cela n’efface pas l’trange sensation d’tre coll la route ds que l’on passe sur du bitume. Le moindre virage demande alors de gros coups de frein main pour tre enroul correctement, alors qu’il suffit presque de jouer en appel, contre appel pour toutes les autres surfaces. On s’y fait, mais c’est un peu comme si le designer pour le grip tait parti en vacance avant de dfinir les paramtres du bitume.

La meilleure manire de vous habituer cette prise en mains un peu particulire, c’est le retour du mode Gymkhana. Relev en challenge et plutt sympa, il colle trs bien l’ambiance dcontracte campe par les commentaires faon radio dtendu ou podcast djant. On apprcie le jeu d’acteurs, mais l’criture manque de maturit (en mme temps on ne demande pas un chef d’oeuvre littraire dans un jeu de bagnoles).

Le mode photo est bien prsent contrairement au ralentisConvivial et cratif

Nous l’avons vu, il y a quelques manques dans ce DIRT 5. Mais il y a aussi des lments qui laissent penser que le dveloppement ne se moque pas des joueurs. L’diteur de circuits fonctionne en effet pour proposer des preuves dans trois modes de jeu (Gymkhana, Gate Crasher et Smash Attack). Il n’y a pas des dizaines d’environnements, mais dj de quoi proposer des choses assez originales la communaut.

Une communaut qui peut aussi tre locale avec un tonnant mode quatre joueurs sur le mme cran afin de jouer entre potes sur le mme canap. Ce genre de prestation tait plutt un argument de vente dans les annes 80 et 90 alors qu’Internet n’tait pas une chose aussi facilement acquise qu’aujourd’hui.

Ce DIRT 5 est une belle surprise qui remet la srie sur les bonnes routes. Fun, accessible et proposant galement de quoi varier les plaisirs, il est parfait pour rouler sans trop se prendre la tte. Attendu ses quelques carences, il n’est pas impossible qu’il bnficie de mises jour et de contenu supplmentaire dans les mois venir.

Lire l’article original sur gameblog.fr


Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *