Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

Test de Trials of Mana (PS4, Nintendo Switch, PC)


Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connatre, et tant mieux pour eux : en France en ce temps-l, on ne localisait pas (ou si peu) les grandes aventures empreintes de fantasy qui pierre aprs pierre btissait la lgende du jeu de rle la japonaise, et de ses drivs. Pourtant, de temps autre, les jeunes joueurs d’alors pouvaient dcouvrir l’un ou l’autre de ses reprsentants, l’instar du mythique Secret of Mana, le second opus de la saga Seiken Densetsu. Malgr la perce de cette aventure qui aura marqu bon nombre d’entre nous, il nous aura ensuite d patienter vingt-quatre longues annes pour enfin pouvoir dcouvrir Seiken Densetsu 3, les gaijins que nous sommes n’ayant eu que les os de l’occidental et assez quelconque Secret of Evermore ronger entre temps.

Mais tout vient point qui sait attendre, et aprs la localisation tant attendue d’une certaine Collection of Mana l’an pass, Seiken Densetsu 3 joue son tour la carte du remake, deux ans aprs un insipide Secret of Mana en 3D que l’on prfrerait oublier. Un quart de sicle pass depuis sa sortie sur Super Famicom, Trials of Mana peut-il prtendre entretenir la flamme d’une saga que Square Enix semblait destine au seul jeu mobile ? Comme souvent dans l’existence, la rponse est plus complexe, et ncessite au moins quelques paragraphes. En avant !

Premier degr de la gamme

Sorti en 1995 sur une console matrise de bout en bout par le roi du J-RPG Squaresoft, Seiken Densetsu 3 prolongeait en tous points la formule du deuxime opus, en offrant aux aventuriers une aventure pleine d’action, de dpaysement et de plot twists obligatoires. A la diffrence de Secret of Mana, le joueur constituait lui-mme le trio de hros avec lesquels il partait l’aventure, assurant une rejouabilit certaine grce aux multiples dnouements possibles. Vingt-cinq ans plus tard, Trials of Mana reprend au pied de la lettre la formule d’poque, pour lui offrir un nouvel crin en trois dimensions, plus conforme notre temps. l’inverse d’un autre remake rliste (Final Fantasy VII Remake, au pif), Square Enix a tenu conserver toutes les spcificits, le ton, le rythme et en grande partie la gameplay de la version Super Famicom, et il ne faut ici pas s’attendre autre chose qu’une transposition respectueuse, mais sans doute un brin scolaire.

Assez logiquement, Trials of Mana hrite donc des forces et des faiblesses de l’original : l’aventure ne souffre ainsi d’aucun temps mort, et va souvent l’essentiel au prix de nombreux allers-retours dans les mmes environnements restreints, pour suivre une intrigue rsolument premier degr, dans laquelle le relatif srieux des protagonistes tranche avec une ambiance carton-pte de contes de fes. Le ton n’est en revanche pas toujours des plus justes, puisque si la VO japonaise colle au style dcidment premier degr de cette aventure sortie des annes 1990, les sous-titres franais trahissent parfois une traduction trop littrale (sans doute ralise sans les cut-scenes correspondantes), en tmoignent certains carts, comme l’amabilit incomprhensible de nos hros face un meurtrier en train de s’chapper. Les dialogues au sein de l’quipe qui prennent place lors des phases d’exploration constituent pourtant un trs sympathique ajout, qui donne un peu de corps l’aventure, et illustre les relations qui existent au sein de votre trio taill sur-mesure. Mais les nombreuses cut-scenes qui permettent de faire avancer une histoire aux tenants et aboutissants pas toujours clairs lors du premier run ( cause d’intrigues toujours entremles) ne font aucun effort de mise en scne, et enchanent des cadres presque automatiss, qui trahissent le budget allou.

Ondine entre amis

Bien moins laid que Secret of Mana cuve 2018, Trials of Mana reste heureusement trs color, mais sa technique souvent limite gche un peu l’exprience, plus forte raison sur Switch. L’esprit Mana est parfaitement respect, mais les modlisations des btiments, des villes et des diffrents protagonistes donnent l’impression d’une quipe presse par le temps, et soumise des arbitrages trop voyants au final. Les textures sont souvent la bourre, les intrieurs de nombreuses habitations ne sont que de simples copis-colls, et les palais donnent surtout l’impression d’arpenter des couloirs aussi vastes que… vides. Dsesprment vides. En parcourant les villes pour effectuer des achats, tuer le temps (des phases obligatoires certains moments de l’intrigue) ou simplement entamer un nime aller-retour, il apparat clairement que l’chelle adopte n’est pas forcment la bonne, et que le jeu aurait clairement gagn restreindre certaines zones, ou augmenter la vitesse de dplacement. Heureusement pour vous, le patch day one vient offrir deux options supplmentaires dans la gestion de la course : c’tait effectivement ncessaire.

Trials of Mana donne ainsi l’impression d’une aventure rchauffe avec soin, mais que l’on ne rangera pas aux cts d’un boeuf bourguignon ou de saucisses lentilles, ces plats encore meilleurs le lendemain de leur prparation (dsol les vegans, mais je prends vos suggestions). Ce qui change, en revanche, c’est le systme de combat : avec le nouveau point de vue la troisime personne, et surtout la disparition non-ngociable de la coop’ (un crve-coeur), il aura fallu rebattre les cartes. L’attaque de base se double d’un second coup, plus puissant, que l’on peut charger et d’un bouton d’esquive en forme de roulade. Avec autant de commandes en faade, il n’est donc plus possible de piloter aussi facilement les actions de vos co-quipiers, mme si une pression sur une gchette permet de passer de l’un l’autre assez facilement. Le menu radial typique de l’poque s’ouvre dsormais avec la flche du bas, et ce grand nombre de touches couples la gestion d’un trio ne s’avre pas franchement des plus ergonomiques, ni mme des plus simples apprhender.

Moi je me pique de le savoir

Heureusement, la gestion de la magie arrive petit petit, et laisse le soin de se familiariser avec ce systme pas toujours bien fichu, qui ne parvient pas malgr sa monte en gamme masquer des combats assez rptitifs et peu tactiques, en dehors des boss, qui ont fait l’objet de bien plus de soin. Chaque rencontre dessine les contours d’un cercle dont il est souvent possible de s’chapper, et resserre ainsi l’action. On alterne entre coups normaux et spciaux, esquives et autres sorts offensifs, mais les joutes s’enchanent et se ressemblent, malgr des ennemis varis et toujours visuellement fidles la srie. Square Enix a eu la bonne ide de pousser bien plus loin les paramtres de stratgie, qui permettent dsormais de rgler assez finement les types d’attaques de chacun, en dfinissant des seuils de PM par exemple, ou en orientant un combattant plus balze vers les ennemis avec peu de points de vie. S’il reste toujours plus efficace de grer la distribution des sorts offensifs et dfensifs, certaines comptences propres aux classes peuvent crer des cercles vertueux, et l’on peut par exemple permettre un mage noir de dpenser sans compter une fois que ce dernier rcupre des points de magie chaque ennemi dfait.

Les boss, au contraire, semblent donc avoir fait l’objet de bien plus de soin, et proposent des affrontements plus structurs, diviss en phases et qui ncessitent de bien observer son environnement, et restent ainsi un peu plus mmorables, surtout lorsque l’aventure s’oriente vers un gnocide conscient des bnvolons. Ce chapitre trs ouvert tranche avec le dirigisme de la premire moiti, mais l’ajout d’un guide fera gagner du temps ceux qui ne peuvent plus le passer chercher au pif quel PNJ il faut s’adresser pour faire avancer l’intrigue. Cette option que l’on pourra dsactiver permet tout de mme de conserver un rythme encore plus soutenu, sans dtours, mme si l’affichage de la carte permet tout de mme de rcuprer quelques items supplmentaires avant de foncer tte baisse vers la prochaine location.

Damn Damn Drum

Et si Trials of Mana ne requiert pas un leveling intensif, loin s’en faut, il conserve tout de mme quelques travers de l’original, en plus des innombrables allers-retours dj voqus. Si vous ne dfoncez pas du mob par centaines pour maintenir votre niveau, faites-le au moins pour votre quipement : comme dans Seiken Densetsu 3, chaque bourgade ou presque proposera des armures et des armes pour votre trio, qui cotent rapidement un bras, et obligent faire de vritables choix. Dans la liste des vrais ajouts, on trouve la chasse au Ptit Cactus dj annonce par l’diteur, qui se contente mollement de reprendre le principe des mini-mdailles de Dragon Quest en le simplifiant, puisque la plante pineuse reste visible dans les diffrentes zones du jeu, et n’offre que des rcompenses assez dispensables. La quatrime classe en post-game s’avre plus intressante, surtout pour les vieux briscards de l’action-RPG, qui y trouveront de quoi s’occuper encore quelques heures pass le gnrique de fin.

Ceux qui choisiront de revivre cette aventure pourront en tous cas compter sur les mlodies toujours aussi efficaces du vnrable Hiroki Kikuta, proposes telles quelles pour les nostalgiques et autres pris de sons chiptune, mais aussi dans des versions rorchestres qui ne prennent jamais le moindre risque. Les quatre (!) arrangeurs de Trials of Mana se sont en effet contents de faire jouer les mlodies originales par un orchestre synthtique, pour un rsultat sympathique, mais clairement peu inspir. Dommage, quand on sait dsormais le soin qui a t apport aux compositions de Nobuo Uematsu via Final Fantasy VII Remake. Le charme opre toujours, c’est certain, mais il y avait tellement de possibilits pour rendre hommage cette bande-son moins connue que celle du second opus qu’on ne pourra que regretter cette relative tideur.

Lire l’article original


Test de Trials of Mana (PS4, Nintendo Switch, PC) - Actualités des Jeux Videos Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *