Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

Reggie Fils-Aimé revient sur la genèse de la Wii et de la DS


Le moins que l’on puisse dire, c’est que Reggie Fils-Aimé n’aura laissé personne indifférent chez Nintendo. Réputé pour son franc-parler et son sens de la formule, le désormais ex-patron de la branche américaine a su redynamiser l’image du constructeur au pays de l’Oncle Sam, à une époque où la concurrence (incarnée par Microsoft et Sony Interactive Entertainment) était de plus en plus féroce là-bas. Interrogé récemment par GameDaily, le jeune retraité est revenu sur la genèse de la Wii et de la DS qu’il résume en un seul terme : la curiosité intellectuelle.

Je suis absolument d’accord sur le fait que la curiosité intellectuelle est un principe essentiel chez les dirigeants de Nintendo, a-t-il assuré. Shigeru Miyamoto et Satoru Iwata cherchaient toujours à comprendre pourquoi vous réagissiez de telle manière, pourquoi vous croyiez en telle ou telle chose. Peut-être que les gens l’ont oublié, mais au début des années 2000, seule une personne sur trois jouait aux jeux vidéo. L’industrie stagnait, et sur les marchés majeurs comme l’Europe et le Japon, les ventes déclinaient. C’est un phénomène sur lequel l’entreprise a mené une profonde réflexion ; et pour être tout à fait honnête avec vous, cette étude avait débuté bien avant que j’intègre l’entreprise. Le constat qui en est ressorti, c’est que cette stagnation était le résultat d’une trop grande complexité, d’un trop grand nombre de suites. Les gens finissaient par voir les mêmes jeux pour la sixième fois, l’innovation et le fun en moins.

Avant d’ajouter : “Comme solution, nos concurrents ont opté pour des consoles plus puissantes capables d’offrir des graphismes réalistes. Cette divergence de position, vous pouvez la constater avec la Nintendo DS face à la PSP. Pareil pour la stratégie appliquée avec la Wii, contrairement à ce que Sony et Microsoft ont décidé de faire avec leurs consoles. Alors oui, la curiosité intellectuelle, c’est-à-dire se poser les bonnes questions et s’attaquer au cœur du problème afin de proposer des solutions adéquates, est clairement quelque chose dans lequel l’entreprise a toujours été douée.

On vous laisse méditer sur ces belles paroles en repensant aux innombrables Mario et Zelda que Nintendo a développés dans ses laboratoires. En tout cas, cette confidence permet de mieux comprendre pourquoi Nintendo a décidé de ne plus participer à cette course à la technologie que se livrent ses deux principaux rivaux.


Lire l’article original


Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *