Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

On a vu tourner le thriller narratif d’Annapurna, nos impressions en boucle(s)


On a vu tourner le thriller narratif d'Annapurna, nos impressions en boucle(s) - Actualités des Jeux Videos

Vous l’attendez, nous l’attendons, et ils l’attendent certainement eux aussi : depuis son annonce lors du dernier E3 (tout court), le thriller narratif 12 Minutes ne cesse de nous faire saliver, et c’est toute la rdaction de Gameblog qui espre enfin mettre ses mains sur cette aventure pas comme les autres. En attendant le jour de gloire, qui arrivera, nous avons eu la chance de profiter d’une premire squence de gameplay en compagnie du ralisateur Luis Antonio. 

Notre hros rentre d’une journe de travail. Il est tard, la nuit est dj tombe sur la ville. Il retrouve enfin sa dulcine, qui semble avoir eu une bonne descente aujourd’hui. Quelque peu assomme par les vapeurs d’une dlicieuse liqueur, la belle s’assoit, le temps de reprendre ses esprits et de nous permettre de rapidement comprendre les mcaniques de cette aventure qui tourne vite au cauchemar. 

La ligne claire

Largement inspir du point’n click, 12 Minutes s’en dmarque pourtant presque immdiatement : loin des dlires capillotracts de l’poque Gilbert/Schafer, ici tout est simple, clair, lisible. En balayant le curseur au-dessus d’un salon en vue arienne qui fait office de cadre, on dcouvre les objets avec lesquels on peut interagir. Prince charmant oblige, nous voil en train d’associer un mug vide au robinet pour servir un verre d’eau madame, qui le siffle sans se faire prier. On prend, on combine, on repose : tout semble pens pour ne jamais perdre le joueur, ou tromper son raisonnement. Voil qui n’est pas si commun, et pourrait viter de tourner plus que de raison… en rond.

 Cette soire promise bien des bats tourne vite au vinaigre, alors qu’un prtendu reprsentant des forces de l’ordre frappe la porte. En l’absence de raction, nous voici rapidement menotts. Il y aurait sans doute eu tant faire, mais la rapidit de l’action l’emporte. Le “flic”, combien suspect, hurle, mentionne un meurtre qui aurait eu lieu huit ans auparavant. Que se passe-t-il ? tout est si confus. Le quidam n’obtient pas de rponse, et finit par passer ses nerfs sur notre hros… qui meurt donc trangl dans son salon. Les corps parviennent, faute de visages lire, prciser ce qui se joue, et offriraient peut-tre mme quelques pistes suivre. 

a caille tous les soirs par ici 

Qu’importe, puisque la particularit de cette aventure est videmment de proposer une boucle, un retour en arrire permanent, mais c’est fort de son exprience et la gorge encore serre que notre avatar reprend le cours du temps, peine rentr la maison… Encore sonn, il tente videmment de persuader sa belle que tout ceci ressemble fort aux aventures marmottes de Phil Connors. Mais faute de preuve, tout est refaire, et les nouvelles lignes de dialogue mriteront sans doute d’y revenir plus tard, plus au fait de ce qui se joue dans l’intimit d’un appartement. Laisser portes ouvertes et y revenir mieux quip, voil qui n’est pas sans rappeler une dlicieuse srie judiciaire. Nous est donn une occasion de parcourir plus en dtail l’intrieur, et de voir dans le couteau pos sur l’vier une occasion de changer le cours du temps. Immanquablement, la mort et l’anticipation glane au fur et mesure change la perception des lieux, et les interactions tombent sous le sens. 

Ds lors, plusieurs options s’offrent nous : attendre le reprsentant de l’ordre et le poignarder prestement, ou s’clipser dans la salle de bain. Un tour de cl plus tard, nous voici l’abri. Du moins, jusqu’ l’arrive de l’antagoniste, qui comprend aprs quelques appels au secours qu’une autre personne se cache dans ce modeste appartement. C’eut t bien trop facile. Les coups de surin sont assns en vain, le trpas signe une nouvelle fois l’arrt de la boucle. Et c’est la tte pleine de thories que l’on reprend le cours de sa vie. 

Danse avec les loop

La mort ne nous va finalement pas si mal, et l’on se rend trs vite compte de l’apport potentiel de chaque boucle : faute d’avoir russi neutraliser la flicaille, la mention de ce meurtre non-rsolu ouvre de nouvelles lignes de dialogue, qui finiront sans doute par dvoiler une vrit, aussi sordide soit-elle. Une curieuse faon de mener l’enqute, qui pourrait donner lieu des embranchements trs nombreux. Encore faut-il que l’quilibre soit au rendez-vous.

En l’espace de quelques minutes seulement, l’aventure de Luis Antonio nous a videmment mis l’eau la bouche, et si bien des titres recyclent aujourd’hui sans trop y rflchir la mcanique de retour la case dpart chre aux Rogue-like, ce rcit semble exploiter avec beaucoup d’intelligence le principe de boucle, pour dvoiler petit petit ses subtilits, et nous rserver, du moins l’espre-t-on, bien des surprises… Gageons que si son ralisateur parvient conserver notre intrt intact, sans tomber dans une redondance qui pourrait plomber le rythme, 12 minutes donnera bien des joueurs envie de dmler jusqu’au bout de la nuit les fils de son intrigue bien emmle. 

ON L’ATTEND… TOUJOURS AUTANT !
En l’espace de quelques minutes, 12 Minutes nous a donn envie de plonger immdiatement dans une troisime boucle, afin de saisir les enjeux de ce thriller minimaliste et pourtant complexe dans son droulement. Si l’criture et la structure s’avrent aussi solides qu’escomptes, il y a fort parier qu’Annapurna Interactive ait une fois encore eu du nez ! Prvu sur PC, Xbox One et Xbox Series, 12 Minutes arrive “trs bientt”, selon les mots de son ralisateur. Pas de blague hein ? Nous avons assez attendu…

Lire l’article original sur gameblog.fr


On a vu tourner le thriller narratif d'Annapurna, nos impressions en boucle(s) - Actualités des Jeux Videos Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *