Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

Test de la souris Razer Deathadder v2 Pro : Enfin débarrassée de toute attache – Actualités


Les accessoires gamer sans-fil sont devenus les étendards des fabricants. C’est particulièrement le cas avec les souris, tant il est primordial que ce petit objet remplisse parfaitement son rôle, avec performance et fiabilité, confort et précision, en tout cas aussi bien qu’une version filaire. Aussi attendions nous beaucoup de cette première Deathadder sans fil mise sur le marché par Razer. Et le résultat est simplement très enthousiasmant.

SpécificationsSensibilité max. supportée20 000 DPICapteurOptiqueNombre de commandes (hors boutons droit et gauche, et rotation molette)5RétroéclairageOui, RGBPrise en mainDroitier Fréquence d’interrogation max.1000 HzPoids87 gConnexionSans fil Bluetooth et 2,4 GHz

Offres

Amazon

140,99 €Livraison gratuite

Rue du commerce

142,99 €Livraison 4,99 €

Fnac

149,99 €Retrait en magasin

Boulanger

149,99 €Retrait en magasin

Fnac Marketplace

149,99 €Livraison gratuite

Top Achat

149,99 €Livraison 4,95 €

87 grammes précisément sur la balance. La Razer Deathadder V2 Pro a beau ne pas être la plus légère de sa catégorie, son rapport poids volume reste particulièrement impressionnant une fois qu’on l’a en main. Car oui, ce mulot joue avant tout la carte du confort, avec des rondeurs assumées, pour une prise main large et posée. Le genre de souris que l’on a plaisir à utiliser pendant des heures, et sur le dos de laquelle notre paume vient simplement se reposer. Alors oui, les plus petites mains la trouveront peut-être un peu massive, mais pas non plus besoin d’avoir des paluches de géant pour en apprécier le galbe et les dimensions, le modèle restant parfaitement adapté à des mains de toute taille. Résolument pensée pour les droitiers, cette Deathadder V2 Pro garde d’ailleurs peu ou prou le format des versions filaires, avec un creux côté pouce et une légère pente côté auriculaire, les deux flancs s’ornant d’une texture en quinconces, pour retenir les doigts en suspensions et éviter qu’ils traînent quand on a besoin de vitesse.

Parce que oui, la Deathadder V2 Pro est une souris qui aime la vitesse et les accélérations. Équipée de 5 patins en téflon d’une rare qualité, la bestiole se montre plus agile que la totalité des concurrentes que nous lui avons mises en face. Une glisse exceptionnelle qui va même jusqu’à battre notre Pro de Logitech, pourtant reine en la matière. Et si la souris apprécie particulièrement les surfaces douces, pas trop épaisses, elle s’en sort aussi très bien sur tapis rigide. Absolument rien à redire sur ce point.

Côté capteur, c’est aussi une vraie réussite. La génération des 16000 dpi nous avait déjà gratifiés de performances plus élevées que nécessaires, cette version 20000 dpi ne fait qu’améliorer une situation déjà confortable et impossible à mettre en défaut, même en 4K ou en triple écran HD. Le curseur fuse, s’arrête net dès qu’on lui demande, et la précision dans les gestes techniques est bien au rendez-vous. Quel que soit le type de jeu pratiqué, et même en bureautique ou en traitement de l’image, la Deathadder V2 Pro est un compagnon de très haut niveau. Surtout, elle s’accompagne d’un support logiciel sur PC Windows permettant de véritablement optimiser les résultats en termes de gestion du pointeur ou du viseur. Nous reviendrons dessus.

Pour la partie mécanique, pas de surprise. Deux boutons de pouce, une molette crantée et cliquable, ainsi que deux petites touches pour le réglage des dpi accompagnent les classiques clics droit et gauche. Tout paraît doux sous les doigts, les matières profitant de textures différenciées pour chaque élément et les contacteurs n’étant pas aussi secs que sur certains modèles. C’est d’ailleurs peut-être là le point qui départagera les amoureux ou non du modèle, à savoir ces clics qui proposent un point de déclenchement à peine un peu plus élevé qu’à l’accoutumée. On y gagne en confort, avec moins de risque de clic non voulu, ce qu’on y perd en réactivité en cas de clic répété. Attention, nous ne sommes pas en présence d’un défaut à proprement parler, mais plus d’un choix d’ergonomie à peine perceptible, et qui se défend à l’utilisation. Dans l’ensemble, ça reste de haut niveau.

Toujours dans les petits détails, nous remarquons une zone à la jonction des touches de pouce, qui aurait mérité un ressort un peu plus ferme. Nous apprécions beaucoup d’avoir de grands boutons qui tombent bien sous le doigt, faciles à différencier mais néanmoins facile d’accès, mais il y a ce petit point d’accroche entre les deux qui peut gêner dans l’action. En clair, il faut bien lever son pouce entre ces deux touches pour éviter tout problème.

Un dernier point, cette fois-ci très positif : Razer a pensé à équiper sa souris d’une trappe en dessous pour ranger le dongle USB quand on ne l’utilise pas. Que ce soit lors du rangement, du transport ou en utilisation en bluetooth, qu’il est agréable de se dire que le dongle ne va pas se perdre au fond du sac ou qu’on ne va pas l’oublier dans un tiroir. D’ailleurs, côté accessoires, nous avons droit à un cordon pour la charge et la connexion filaire, le dongle 2,4 GHz, un support pour déporter le dongle (ce qui est parfois nécessaire car il manque un peu de protection contre les interférences) et un petit sac pour le rangement de l’ensemble. Les nomades apprécieront. Par contre, le cordon micro-USB fourni reste difficile à remplacer, la faute à un connecteur entouré d’une embase à la forme particulière, placé profondément dans la souris. Ce qui est fait pour éviter que le cordon ne se décroche, et fonctionne, devient finalement un défaut à moyen et long terme en cas de casse ou de perte.

Côté connexion, la souris se montre très multiplateformes, notamment grâce à une connexion Bluetooth un peu capricieuse de notre côté à la première tentative, mais sans latence perceptible ni perte de précision côté souris. Surtout, le mode Bluetooth permet de gagner quelques heures d’utilisation sur une autonomie en 2,4 GHz mesurée à une cinquantaine d’heures pour moins de 3 heures de charge. Et toujours pour les utilisateurs qui changent régulièrement de plateforme et qui jouent par exemple sur console ou veulent utiliser la Deathadder sur Mac ou Linux, la souris embarque 5 mémoires de profil, avec plusieurs valeurs dpi pour chacune, à choisir grâce à un dernier bouton situé en dessous.

Et pour régler tout ça, il faut passer par le logiciel Synapse 3 de la marque, lequel propose une belle agrégation de fonctions réparties dans différents modules. Pour les débutants pas de crainte, la souris et ses réglages apparaissent dès qu’elle est connectée et tout est facile à configurer. Mapping des touches (avec de très larges possibilités), réglage du nombres et de la valeur de chaque niveau de dpi, de 100 à 20000, fréquence de communication (par défaut à 1000 Hz), timing de la mise en veille pour l’économie d’énergie et le calibrage salvateur de la souris face à son tapis, histoire de gagner quelques microns de précision. Seul regret pour les plus pointilleux, l’absence de réglage du lift off pour améliorer encore ses déplacements et éviter les décrochages. Et évidemment, on trouve aussi de quoi gérer l’éclairage RGB de la souris, qui peut voir son logo sur le dos changer de couleur suivant plusieurs programmation.

Tout serait donc parfait ou presque dans le monde de la Deathadder V2 Pro si le tarif de la bête n’était pas si élevé : 150 euros en prix de lancement tout de même, c’est presque le double de ce qui est demandé pour une Roccat Kain 200 Aimo pourtant admirable (bien qu’inférieure sur plusieurs points), et c’est autant que le tarif d’une logitech G903 Wireless avec ses touches programmables supplémentaires et sa molette 3 axes débrayables. Si seulement la station de charge qui permet de poser sa souris en fin de partie était fournie, nous aurions compris ce prix, mais en l’état, le rapport performance/prix est donc un cran en dessous de nos attentes.

Les notes

+Points positifs

Fabrication et finition de qualitéLa glisse vraiment efficaceUn modèle confort mais néanmoins rapideLe capteur, irréprochableLe support logiciel complet et facile à utiliserTriple connexion avec Bluetooth très pratiqueLe dongle se range dans la souris

L’essayer c’est l’adopter. La Deathadder V2 Pro réunit tout ce que nous attendions de cette version sans fil du best seller de Razer. Confortable, très rapide en glisse, avec des fonctions efficaces et un bon support logiciel, la souris ne pêche finalement que par son tarif un peu au-dessus de ce que propose la concurrence. Pour le reste, c’est juste un bonheur à l’utilisation.

L’avis de oliveroidubocal

Rédaction jeuxvideo.com

14 décembre 2020 à 19:02:00

18/20

Lire l’article original sur jeuxvideo.com


Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *