Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

Final Fantasy VIII fête ses vingt-cinq ans, retour sur le FF le plus clivant de la saga

Final Fantasy VIII fête ses vingt-cinq ans, retour sur le FF le plus clivant de la saga - Actualités des Jeux Videos

Alors que la sortie de Rebirth approche à grands pas, la saga Final Fantasy célèbre en ce 11 février 2024 les 25 ans du lancement de son huitième opus au Japon. Un épisode majeur pour la licence puisqu’il est l’un des premiers à avoir tant clivé les fans, entre ceux qui l’adorent et ceux qui le détestent. Retour sur ce volet pas comme les autres.

Contrairement à ce que mon image de profil pourrait laisser penser, je ne suis pas un grand fan de Final Fantasy VIII. Et pourtant, malgré ça, difficile de ne pas reconnaître l’importance de cet épisode capital pour la saga à tant d’égards. En ce 11 février 2024, FFVIII célèbre les vingt-cinq ans de sa sortie japonaise et c’est l’occasion pour moi de revenir sur cette aventure si inoubliable pour tant de joueurs.

Voir Final Fantasy VII Rebirth sur Amazon

Final Fantasy VIII, le premier FF sans son créateur

Ça peut paraître évident, mais Final Fantasy VIII est sorti après Final Fantasy VII et déjà, cela met une certaine pression sur les épaules du projet. En 1997, FFVII a révolutionné la saga, voire le monde du jeu vidéo, à tel point qu’on en parle encore aujourd’hui comme le prouve son projet de remake. Forcément, passer après est un sacré challenge, mais heureusement, on retrouve la même équipe pour relever ce défi… à une exception majeure près. Depuis le premier épisode en 1986, Hironobu Sakaguchi, le créateur de Final Fantasy, a toujours été investi dans chaque opus. S’il est director sur les cinq premiers FF, il passe producteur sur le VI et le VII, tout en étant à l’origine de l’histoire. S’il s’agit d’un rôle aussi important que celui de réalisateur, Sakaguchi est particulièrement investi dans le développement des titres qu’il produit.

Cependant, après être devenu vice-président de Squaresoft vers la fin des années 90, il ressent une vraie lassitude de la part des équipes qui ont la sensation de ne travailler que sur Final Fantasy en boucle. Alors, pour briser cette routine, il décide de donner carte blanche à la jeune garde de développeurs afin qu’ils créent le prochain Final Fantasy, à savoir le VIII. Sur cet épisode, il n’occupe que le rôle d’Executive Producer, ce qui veut dire qu’il n’a quasiment aucune implication créative dans le projet. En d’autres termes, Final Fantasy VIII est le premier épisode de la saga sur lequel son créateur n’a pas directement travaillé. Et ça, ça explique beaucoup de choses.

Une jeune génération pour insuffler un vent de fraîcheur

À la tête du projet, on retrouve Yoshinori Kitase en tant que Director, comme il l’a été sur le VI et le VII, puis plus tard sur le X. À la place de Sakaguchi, c’est Shinji Hashimoto qui occupe le poste de producteur pour la première fois de sa carrière et qui deviendra un homme fort de la licence par la suite. Pour la partie artistique, on retrouve Tetsuya Nomura, le légendaire character designer de la série, qui était particulièrement investi dans le projet. Niveau scénario, Kazushige Nojima fait son grand retour après avoir signé le script de l’épisode précédent. Finalement, l’un des seuls membres présents depuis le premier FF n’est autre que Hiroyuki Ito, le créateur de la jauge d’ATB, qui est donc à l’origine du système de combat si particulier de FFVIII. À part lui et Nobuo Uematsu, le célèbre compositeur de la franchise, la majeure partie de l’équipe de développement est composée de juniors, bien déterminés à exprimer leur vision de Final Fantasy à travers cet épisode plus tourné vers le réalisme et la science-fiction que jamais.

Avec Final Fantasy VIII, les juniors de l’équipe de développement des FF ont la volonté de travailler sur quelque chose de nouveau en ne suivant pas les directives de quelqu’un d’autre, comme c’était le cas lorsque Sakaguchi était producteur. Par exemple, si Tetsuya Nomura s’est fait connaître avec les personnages de FFVII, c’est sur Final Fantasy VIII qu’il s’est senti le plus libre et qu’il a eu le sentiment que sa créativité n’était pas bridée. Même chose pour ce qui est des graphismes : Yoshinori Kitase et son équipe préféraient un rendu réaliste, tandis que pour Sakaguchi, les protagonistes doivent avoir un aspect déformé car c’est dans l’essence de la série. Ainsi, le créateur de la saga n’était pas fan de nombreuses idées de cette jeune équipe, mais vu qu’il leur avait dit carte blanche, il ne pouvait rien leur dire.

Après le ton sombre de FFVII, les équipes veulent travailler sur quelque chose de plus léger et c’est pour cela que le cadre scolaire a été choisi. Pour Kitase et Nomura, il s’agit d’une période joyeuse de la vie dont ils se sont inspirés pour l’aspect high-school drama de cet épisode. Encore une fois, Sakaguchi n’était pas partant. Du côté du scénario, le scénariste Kazushige Nojima avait lu sur internet que l’histoire de FFVII était trop compliquée, alors il voulait faire quelque chose de plus simple avec cet opus (chose pas forcément réussie à mon sens). C’est donc avec la volonté de faire quelque chose de nouveau et tout le savoir-faire accumulé sur le développement de FFVII que le Final Fantasy VIII tel qu’on le connaît a vu le jour.

Un épisode sous le signe du réalisme et de l’amour

Si Final Fantasy VIII a d’abord marqué des millions de joueurs, c’est évidemment pour son introduction culte et spectaculaire à l’époque grâce à ses images de synthèse, le tout accompagné par le morceau Liberi Fatali composé par Nobuo Uematsu. Ensuite, cet épisode reprend beaucoup d’éléments qui ont fait le succès de FFVII pour aller encore plus loin avec par exemple plus de cinématiques en CGI, plus d’invocations impressionnantes, mais aussi un réalisme plus poussé. Si Sakaguchi préférait un style plus exagéré et presque cartoon, Kitase et son équipe ont opté pour un style plus proche de la réalité, ce qui sera la marque de fabrique des épisodes sur lesquels ils ont travaillés par la suite : FFX, la trilogie du FFXIII, FFVII Remake…

L’un des éléments sur lesquels FFVIII se démarque le plus par rapport aux autres épisodes de la saga, c’est avant tout par son système de jeu si particulier. Dès le début, les personnages utilisent des invocations qui leur permettent de profiter de certains bonus, mais aussi d’attribuer des magies à certaines caractéristiques. En plus, les sorts se récupèrent d’une façon étonnante car il faut les voler sur des ennemis afin de pouvoir les utiliser. Un système très particulier qui en a rebuté plus d’un, mais qui se relève très satisfaisant une fois que l’on sait ce qu’il faut voler ou non.

Au-delà de son système unique, Final Fantasy VIII dénote des précédents FF en se focalisant plus sur ses personnages que sur son histoire. Très clairement, toute l’intrigue tourne autour de Squall et de sa romance avec Linoa qui va évoluer tout au long de l’aventure. Si ce n’est pas la première fois que l’amour est un des thèmes abordés par un Final Fantasy, il n’a jamais été aussi central. Tout l’enjeu de l’intrigue est de voir comment Squall s’ouvre au fil de l’aventure, passant d’un solitaire renfermé sur lui-même à un jeune homme qui apprend à s’attacher aux autres. Si l’évolution est intéressante, on ne peut pas dire que cela ait marché sur tout le monde et c’est l’un des nombreux points qui divisent sur l’appréciation de FFVIII.

Mais pourquoi Final Fantasy VIII divise tant ?

Parmi les nombreux éléments qui font que FFVIII ne fait pas l’unanimité au sein des fans de Final Fantasy, il est clair que Squall occupe un rôle central. Si son ouverture au monde est au coeur de l’intrigue, son attitude désinvolte et nonchalante qui en fait l’archétype du brun solitaire et introverti en a rebuté plus d’un. Idem pour ce qui est de sa romance avec Linoa qui n’est pas du goût de tout le monde tant elle passe par tous les clichés du genre. D’ailleurs, on peut reprocher au titre de se focaliser sur cette histoire d’amour au détriment du reste du casting qui est peu développé et beaucoup moins marquant que dans d’autres épisodes. Cela s’applique même à l’antagoniste de cet épisode dont les motivations ne sont jamais vraiment claires, si ce n’est de servir de grande méchante. Dommage vu son incroyable design.

Par son système de jeu particulier, Final Fantasy VIII ne met également pas tout le monde d’accord. Avec son principe de voler des magies pour les utiliser, le titre demande une certaine connaissance du jeu pour vraiment en profiter. Malheureusement, cela peut laisser de nombreux joueurs à l’entrée qui ne sauront pas comment tirer parti efficacement de ses mécaniques. Même chose pour ce qui est de l’idée centrale de ce système, à savoir les invocations, cela finit par être redondant tellement leurs animations sont longues. Si Final Fantasy change de formule à chaque épisode, celle de Final Fantasy VIII est particulièrement déroutante et c’est ce qui explique pourquoi il divise tant, même de nos jours.

Vingt-cinq ans plus tard, Final Fantasy VIII conserve une place particulière dans les coeurs des fans de FF. Que ce soit pour son introduction culte, ses cinématiques spectaculaires, sa romance centrale ou son système original, tous ces éléments font de ce titre une expérience unique autant adorée par certains que détestée par d’autres. Récemment, Yoshinori Kitase a déclaré que s’il devait y avoir un remake, il changerait complètement les mécaniques de jeu. Un espoir de découvrir le titre sous un jour nouveau ? Rien n’est moins sûr après que le producteur ait déclaré qu’un remake de Final Fantasy VI prendrait vingt ans. Mais qui sait, on peut toujours rêver ?

À propos de la saga Final Fantasy

News jeu

25 ans après, il découvre un trésor chez ses parents, une trouvaille nostalgique comme on aimerait tous en vivre !

News jeu

Il a passé plus de 500 heures pour être niveau 99 dans la première zone de FF7, uniquement guidé par la haine

News jeu

Vous pensez connaître les origines de Final Fantasy ? La saga cache en réalité un sens caché que vous ne soupçonnez pas

News jeu

Ils ont décidé de faire un Final Fantasy VI avec le moteur de Final Fantasy Tactics, et le résultat est plus excitant que certains AAA

Cette page contient des liens affiliés vers certains produits que JV a sélectionnés pour vous. Chaque achat que vous faites en cliquant sur un de ces liens ne vous coûtera pas plus cher, mais l’e-commerçant nous reversera une commission.
Les prix indiqués dans l’article sont ceux proposés par les sites marchands au moment de la publication de l’article et ces prix sont susceptibles de varier à la seule discrétion du site marchand sans que JV n’en soit informé.
En savoir plus.

Lire l’article original sur jeuxvideo.com

Final Fantasy VIII fête ses vingt-cinq ans, retour sur le FF le plus clivant de la saga - Actualités des Jeux Videos Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *