Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

Monster Hunter : les 15 monstres les plus iconiques

Depuis sa naissance en 2004 sur PS2 jusqu’au récent Monster Hunter Rise, la franchise Monster Hunter a opposé les chasseurs en herbe à toutes sortes de redoutables créatures offrant des affrontements mémorables. Voici notre sélection des plus iconiques.

Avec plus de 300 grands monstres apparus dans une vingtaine de jeux différents, le bestiaire de la saga Monster Hunter est pour le moins colossal et les créatures mémorables ne manquent pas. Bazelgeuse, Kushala Daora, Lunastra, Teostra, Velkhana, Kirin, Glavenus, Mizutsune, Seregios, Jhen Moran, sans oublier les nombreux monstres des opus Frontier / Online jamais sortis en Occident comme le Gogomoa, le Duremudira, le Guanzorumu et le Laviente… la liste est longue, et elle ne cesse de s’agrandir à chaque opus. Nous en avons retenu quinze qui, à nos yeux, font partie des plus iconiques, celles qui ont su marquer les joueurs que ce soit grâce à leur design, le challenge qu’elles représentent ou tout simplement leur présence constante au fil des épisodes. Une sélection bien entendu subjective ; n’hésitez pas à partager la vôtre dans les commentaires !

Rathalos

Impossible de ne pas commencer cette liste sans parler du Rathalos. Il est LE monstre emblématique de Monster Hunter, l’un des rares à être apparus dans tous les épisodes de la saga, tout comme sa compagne, la Rathian. Le roi des cieux – de son surnom – s’est naturellement imposé comme le représentant de la franchise, si bien qu’il s’est même invité dans d’autres jeux, à savoir Super Smash Bros. Ultimate, Final Fantasy XIV et Metal Gear Solid : Peace Walker en tant que boss à affronter. Décliné sous plusieurs formes (Rathalos d’argent, azur, roi-enfer…), il peut se montrer redoutable lorsqu’il prend son envol pour arroser les joueurs de boules de feu ou attaquer avec ses griffes empoisonnées, bien qu’une bombe flash suffit généralement à le ramener sur terre.

Diablos

Présent depuis les débuts de la franchise, le Diablos est lui aussi un incontournable de Monster Hunter. Avec sa paire de cornes, sa queue semblable à une massue et sa solide carapace, ce tyran du désert charge violemment sur ses proies et peut se déplacer sous terre pour les surprendre. Il existe également un monstre assez semblable au Diablos tant au niveau physique que comportemental, le Monoblos, doté d’une seule et unique corne. S’il est loin d’avoir convaincu les spectacteurs, sachez que le film Monster Hunter réalisé par Paul W.S. Anderson fait apparaître la Diablos noire, une femelle Diablos en chaleur, ainsi qu’une poignée d’autres monstres tels que le Rathalos et le Gore Magala, dont nous allons reparler plus bas.

Fatalis

Boss de fin du tout premier Monster Hunter sur PS2, le Fatalis est l’un des monstres les plus puissants de toute la franchise. Décliné en Fatalis blanc et Fatalis pourpre, ce légendaire dragon noir a calciné bien des joueurs, dernièrement dans Monster Hunter World : Iceborne où il a fait son entrée via la mise à jour de contenu finale. Le combat contre le Fatalis a la particularité de se dérouler dans une zone spéciale, le Fort Schrade, où les joueurs ont à disposition des balistes, des canons et un Dragonator pour venir à bout de la bête, accompagnée d’une piste musicale qui instille la tension à merveille, sans parler de cette version épique à souhait du thème Proof of a Hero.

Trailer du Fatalis dans Monster Hunter World Iceborne

Rajang

Il n’y a pas que des wyvernes ou des dragons dans Monster Hunter, loin de là. Dans la catégorie des bêtes à crocs, le Rajang de Monster Hunter 2 est sans doute le plus redouté de par son agressivité et la violence de ses coups. Tel un Super Saiyan, sa fourrure habituellement noire vire au jaune doré lorsqu’il est énervé. Il faut alors frapper sa queue pour le calmer. Son redoutable rayon de foudre et ses autres capacités électriques lui viennent du Kirin, qui est pourtant un dragon ancien et dont il parvient à être le prédateur naturel.

Tigrex

Monstre phare de Monster Hunter Freedom 2, le Tigrex est connu pour sa férocité et la vivacité de ses mouvements. Charge, morsure, bond en avant, balayage de queue à 360°, rugissement infligeant des dégâts, lancer de roches et de débris grâce à un puissant coup de patte… la bête enchaîne les attaques, encore plus rapidement lorsqu’elle entre en mode rage, offrant un combat brutal. Tout comme le Rathalos, le Tigrex peut être affronté dans Metal Gear Solid : Peace Walker.

Nargacuga

Dans un style similaire au Tigrex, le Nargacuga est particulièrement vif et agile. Il se distingue avec son splendide design et son allure de panthère noire prédatrice. Sa particularité : sa queue élastique, qu’il utilise pour écraser les chasseurs imprudents et pour projeter de dangereuses pointes. Apparu pour la première fois dans Monster Hunter Freedom Unite, dont il est le monstre emblème, il est aussi apprécié pour le look de ses armes et armures.

Lagiacrus

Si les combats sous-marins de Monster Hunter Tri sont loin d’avoir fait l’unanimité, ils ont permis d’introduire l’un des monstres favoris des fans : le Lagiacrus. Ce léviathan peut ainsi se déplacer sur la terre ferme, mais il se montre bien plus à l’aise dans l’eau. Dans les deux situations, il est capable de déchaîner des attaques électriques avec ses pointes qu’il utilise comme conducteur. Les combats aquatiques n’ont pas été conservés dans les opus suivants de Monster Hunter, mais le Lagiacrus a malgré tout fait une nouvelle apparition dans Monster Hunter Generations.

Le trailer de lancement de Monster Hunter Tri sur Wii

Deviljho

Place au redoutable Deviljho, celui que l’on surnomme le grand dévoreur… ou le cornichon sur patte, au choix. Lui aussi introduit dans Monster Hunter Tri, il en a fait baver plus d’un avec sa fâcheuse tendance – en tant que monstre “nomade” – à venir jouer les trouble-fêtes pendant que l’on chasse une autre créature, utilisant son souffle draconique et sa puissante mâchoire pour tout ravager sur son passage. Pour l’anecdote, le nom japonais du Deviljho (イビルジョー, “Ibirujo”) n’est autre que la prononciation à la japonaise de “evil jaw” (“mâchoire maléfique”).

Alatreon

L’Alatreon n’est pas appelé le symbole de la destruction par hasard. Boss final du mode multijoueur de Monster Hunter Tri, il fait partie du groupe des dragons noirs et maîtrise à la fois les éléments Dragon, Glace, Feu et Foudre, même s’il – fort heureusement – ne les utilise jamais tous en même temps. Ses attaques et points faibles changent selon son mode élémentaire ; il dispose donc d’une grande variété de capacités… dont cette redoutable onde de choc qui a causé bien des morts dans Monster Hunter World : Iceborne.

Zinogre

Le Zinogre est sans conteste l’un des monstres préférés des joueurs, non seulement pour son design de chien / loup électrique rappelant la créature mythologique raijū (qui a également inspiré les Pokémon Raiku et Elecsprint), mais aussi pour le combat qu’il propose. Il tente régulièrement de se charger en électricité en rassemblant un grand nombre de Foudrinsectes, offrant une occasion idéale pour l’attaquer sans risque, jusqu’au moment où il réunit suffisamment d’énergie et laisse exploser toute sa puissance. Conseil aux néophytes : évitez d’utiliser des pièges électrochocs sur lui. Monstre phare de Monster Hunter Portable 3rd, un épisode uniquement sorti au Japon, il brille aussi grâce à son thème musical, réarrangé avec brio dans Monster Hunter Rise.

Brachydios

Le Brachydios sort du lot avec ses mécaniques de combat et son design bien à lui. Apparu dans Monster Hunter 3 Ultimate, il se bat tel un boxeur avec ses poings recouverts d’une substance verte explosive appelée “poisse” et ses jambes qui lui permettent de réaliser un impressionnant bond avant de retomber avec fracas sur sa cible. Il faut rester mobile pour éviter ses attaques, notamment sa dangereuse série de coups de poings explosifs au sol, mais aussi les flaques de poisse qu’il laisse un peu partout dans l’environnement.

Gore Magala

Le Gore Magala est au coeur du scénario de Monster Hunter 4, qui tourne autour d’un mystérieux virus. Aveugle, il parvient à repérer ses proies grâce à ses écailles qu’il répand comme du pollen, et qui peuvent également transmettre le virus de la furie aux chasseurs ainsi qu’aux autres monstres. Son corps sombre est recouvert de ses ailes griffues faisant office de cape, qui prennent une teinté dorée lorsqu’il réalise sa mue et passe en forme adulte, appelée Shagaru Magala.

Valstrax

Son design, sa musique, sa cinématique d’introduction, ses attaques… le Valstrax a tout du monstre iconique. Avec ses ailes dotées de réacteurs à propulsion qui font sa principale force, ce dragon ancien à l’allure de faucon/avion de chasse peut s’envoler haut dans les cieux pour redescendre en piqué à très haute vitesse sur les chasseurs tel un météore. Il n’est pour l’heure apparu que dans Monster Hunter Generations Ultimate, dont il est le monstre phare.

Gaming Live : On affronte le Valstrax dans Monster Hunter Generations Ultimate

Nergigante

Pour beaucoup de joueurs, Monster Hunter World a été leur porte d’entrée vers la franchise de Capcom. Nul doute qu’ils se souviendront longtemps du Nergigante, le monstre phare de l’opus ayant donné une nouvelle ampleur à la licence. Un dragon ancien dévoreur de dragons anciens, voici ce qu’est ce monstre destructeur particulièrement agressif, qui utilise surtout ses puissantes pattes avant pour faire des attaques plongées et balayer la zone, mais aussi des épines meurtrières qui couvrent son corps et qui se régénèrent lorsqu’elles sont détruites. Dès qu’elles deviennent noires, prenez garde à son attaque plongeante suivie d’un charge.

Magnamalo

Dernier épisode en date, Monster Hunter Rise a lui aussi apporté son lot de créatures mémorables. En attendant de voir si le Goss Harag, l’Almudron ou encore le Bishaten deviendront des incontournables de la série, le Magnamalo rejoint la liste des monstre iconiques en tant que monstre emblématique de cet opus. Son apparence est inspirée des armures des samouraïs, et sa principale caractéristique tient dans son feu infernal violet qu’il peut appliquer en lançant des projectiles enflammés avec sa queue ainsi qu’avec ses nuages de poudre et ses explosions. Là encore, le combat contre le Magnamalo est parfaitement rythmé avec cette superbe piste musicale. La bête a même eu droit à sa propre figurine amiibo.

Les captures d’écran sont issues du site monsterhunter.fandom.com

A propos de Monster Hunter Rise

Lire l’article original sur jeuxvideo.com

Monster Hunter : les 15 monstres les plus iconiques - Actualités des Jeux Videos Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *