Actualités des Jeux Videos

Retrouvez toute l'actualité des jeux vidéos

The Legend of Zelda, Donkey Kong Country, Super Mario 64… les musiques des niveaux aquatiques à écouter pour se rafraîchir tout l’été !

42° ! C’est sous cette chaleur étouffante que votre serviteur s’apprête à poser ces quelques lignes. Pour le clan des bretons (dont je fais partie), se frotter à ces températures de l’enfer relève de l’anomalie climatique et il n’y a rien de tel, pour se rafraîchir, que de plonger dans les eaux profondes des niveaux aquatiques de nos jeux vidéo. Tout en sirotant un bon thé glacé, nous allons ainsi revisiter ces stages immergés aux musiques ayant traversé les décennies. Oui, il n’y a pas que le barrage des Tortues Ninja sur NES ! Le jeu vidéo offre aussi de douces mélopées et d’extraordinaires moments de plénitude sous l’eau.

Note d’intention

Pour un maximum de variété, nous avons volontairement choisi des thèmes connus et moins connus, mais cela ne vous empêche pas, bien entendu, de nous livrer vos meilleures compositions dans les commentaires.

Le jeu vidéo a pour particularité d’avoir des codes qui peuvent rassurer comme agacer. Par exemple, si vous prenez un échantillon de vos amis, vous trouverez toujours quelqu’un qui déteste les niveaux désertiques, montagneux ou aquatiques. Il faut dire que ces stages sont souvent synonymes de nouvelles mécaniques (ils interviennent généralement après les premiers mondes) et il n’est jamais simple, dans le cadre des niveaux sous l’eau, de se dépêtrer avec la nage et les mouvements « saccadés » de l’avatar. Heureusement, il arrive généralement que les musiques de ces niveaux soient si planantes qu’elles restent gravées dans les esprits. On a donc décidé de réaliser une sélection – non exhaustive – de ces niveaux si emblématiques. Et le premier ne pouvait être que…

DONKEY KONG COUNTRY

Titre : Aquatic Ambience

Compositeur : David Wise

À l’heure des CD-ROM, écouter une telle musique sur Super Nintendo, une console utilisant des cartouches, tenait du mirage. Les mélodies de Donkey Kong Country furent d’ailleurs si révolutionnaires que Nintendo a sorti un disque audio ! Aussi planant que réussi, Aquatic Ambience est l’un des thèmes les plus connus du compositeur britannique David Wise. Durant cette escapade aquatique, le joueur a la sensation d’évoluer sous l’eau grâce à un subtil mélange de nappes synthétiques, de percussions délicates et d’harmonica (plus exactement d’un mélodica). L’impression de profondeur est apportée par différentes variations d’une guitare électrique auxquelles se mêlent piano, harpe et des violons.

Pour réaliser cette musique, la seconde après le niveau de la jungle, David Wise a travaillé sur le moindre détail pendant cinq semaines complètes en essayant de reproduire la technique dite de « Wave Sequencing » (concrètement des vagues mélodiques) de KORG, le célèbre fabricant d’instruments électroniques. Lorsque les pontes de Nintendo of Japan et Nintendo of America ont écouté les musiques du jeu, dont cette mélodie aquatique, ils ont été complètement soufflés ! Le studio à l’origine de Donkey Kong Country, Rare, était connu pour sa recherche perpétuelle de la performance technologique et les deux fondateurs, Chris et Tim Stamper, ont donné tout le temps nécessaire à David Wise pour qu’il exprime sa créativité. En moyenne, il lui fallait deux semaines pour boucler une musique (à l’époque, tout était programmé pour gagner un maximum de mémoire). Avec Aquatic Ambience, tout est parti d’une expérimentation qui s’est révélée convaincante pour ensuite devenir culte. On ne compte plus le nombre de reprises et de remixes sur la toile.

J’étais déjà bien conscient de l’existence des consoles CD. Je me suis juste concentré pour tirer profit au mieux de l’incroyable puce sonore de la Super Nintendo, qui pouvait jouer des échantillons sur huit canaux. Après la NES, qui était en substance une sonnette musicale, bénéficier de huit canaux, c’était Noël ! Je pensais que l’une des équipes japonaises de Nintendo allait réaliser la musique. Tim Stamper m’avait dit qu’il avait besoin d’une démo de ma part, et finalement, j’en ai réalisé trois différentes. Il les a toutes appréciées, et m’a demandé de les associer. C’est ce qu’on entend à l’ouverture du niveau de la jungle. Rare a envoyé la démo, et quelqu’un chez Nintendo a dû apprécier également, puisqu’on nous a demandé de réaliser toute la bande originale du jeu.

Grand bien leur a pris.

Pour aller plus loin : David Wise, le génie musical au service de Rare

DONKEY KONG COUNTRY 3

Titre : Water World

Compositrice : Eveline Fischer (aujourd’hui Novakovic)

De mère française et de père britannique, Eveline Fischer est une figure incontournable de Rare et celle qui a appris le métier sous l’aile de David Wise. D’éducation musicale classique (jazz, big band, blues, boogies, théâtre, ballet…), elle a appris le chant et un grand nombre d’instruments et s’est spécialisée dans les sonorités médiévales. Diplôme universitaire en poche, elle apprend par son école que le studio Rare recherche des musiciens. Motivée et curieuse, elle décide de passer un entretien et débarque dans la campagne de Twycross.

Le jour de mon entretien, je suis arrivé à Twycross beaucoup trop en avance, j’étais tellement nerveuse ! J’ai déambulé en voiture, et j’ai tué le temps en essayant de me calmer. Carole Stamper (la femme de Tim Stamper, co-fondateur du studio Rare) m’a fait passer l’entretien, elle a été charmante et m’a mise instantanément à l’aise.

Deuxième femme à rejoindre l’effectif de Rare, elle découvre un métier qu’elle ne connaît pas du tout et passe sa première semaine à… jouer à différents jeux pour s’imprégner de la culture vidéoludique. Au contact de David Wise, pour qui Donkey Kong Country est son « bébé » musical, elle apprend la notion de programmation et subi un choc lorsqu’elle entend pour la première fois le thème Aquatic Ambience.

La mélodie sous-marine de David Wise dans Donkey Kong Country a été une révélation pour moi. C’était un exemple parfait du travail combiné entre musique et Super Nintendo.

En s’inspirant de David Wise, mais en apportant sa propre touche personnelle, elle réalise alors de nombreuses musiques (Treetop Rock, Voices of the Temple, Northern Hemispheres et le thème de la map de Donkey Kong Country, Simian Segue, c’est elle !) et se voit confier, en 1995, la quasi intégralité de la bande-son de Donkey Kong Country 3, dont est tirée Water World.

Celle qui doublera plus tard une certaine Joanna Dark (oui, oui, mais aussi Tooty et Brentilda de Banjo-Kazooie) s’est imprégnée des nappes mélodiques de son mentor, tout en mettant à profit son incroyable expérience de la musique classique. Une compositrice si talentueuse qu’on aurait aimé qu’elle poursuive sa carrière dans le jeu vidéo.

ECCO THE DOLPHIN

Titre : Aqua Vistas

Compositeur : Spencer Nilsen

Même si le Mega CD, par le prisme de SEGA of America, s’est longtemps évertué à imposer le format FMV (Full Motion Video, autrement dit des films interactifs), le support a tout de même eu le privilège de jeux très réussis et immersifs. S’il est vrai que les conversions n’apportaient, généralement, pas grand-chose par rapport aux originaux Mega Drive, le support optique a permis aux compositeurs de pleinement s’exprimer. Compositeur émérite pour SEGA, Spencer Nilsen a donné la pleine mesure de son talent avec le CD-ROM. Sur Mega CD, il est ainsi à l’origine des musiques des portages de Batman Returns, Ecco the Dolphin, Ecco : The Tides of Time, Jurassic Park, The Adventures of Batman & Robin et The Amazing Spider-Man vs. The Kingpin. Il est aussi à la composition des thèmes de la version américaine de Sonic CD. Autant dire un monsieur qui a un beau CV ! Avec Aqua Vistas, il signe un thème d’une beauté inouïe où nappes synthétiques se mêlent à la douce harmonie des sons électroniques. Une plongée immersive pour un voyage inoubliable !

Mention spéciale à la montée en puissance du thème The Machine qui matérialise le dénouement prochain d’une aventure unique. Unique jusqu’à la réalisation de ses musiques…

Ed Annunziata, le cerveau derrière la série Ecco, et un ami très cher, est venu me voir et m’a dit : « Il n’y a rien d’humain dans ce jeu – pas de personnes, pas d’armes, de voitures, de bâtiments… RIEN ! Je ne souhaite pas que l’œuvre sonne ‘humain’. Comment pouvons-nous faire la même chose avec la musique ? » J’ai donc engagé deux spécialistes et compositeurs sur synthétiseurs pour m’aider à créer une large palette d’instruments totalement originaux inspirés de l’océan, que j’ai utilisée pour composer les morceaux. Les sons qu’ils ont créés étaient si inspirants et si amusants à utiliser pour écrire ! Mon ami et collègue, David Young, m’a énormément aidé, tant sur le plan technique que musical, pour donner vie à la partition. Notre installation était massive, avec probablement pas moins d’une trentaine de synthétiseurs et de claviers (c’est mon instrument principal), ainsi que des performances étonnantes d’un guitariste, d’un percussionniste, d’un joueur d’instruments à vent, etc.

THE LEGEND OF ZELDA : THE WIND WAKER

Titre : The Great Sea

Compositeur : Kenta Nagata

Fort d’un collectif musical exceptionnel, The Legend of Zelda : The Wind Waker est une aventure qui a marqué les esprits, à la fois par son univers, sa direction unique et ses thèmes immersifs. En donnant les clés à la « jeune génération », le compositeur emblématique de Nintendo, Kôji Kondô est parvenu à insuffler un nouveau souffle à la saga de The Legend of Zelda.

De tous les morceaux constituant l’OST de ce jeu extraordinaire, The Great Sea est l’un des plus connus. Cheveux aux vents et surnommant son bateau Dragon Rouge, Link se lance à la conquête de l’océan. Pour réaliser les thèmes de The Wind Waker, les musiciens se sont imprégnés de la musique traditionnelle irlandaise et Kenta Nagata a véritablement donné une tonalité épique aux thèmes nautiques. Le choix du format MIDI en a étonné plus d’un à l’époque, mais la technologie aidant, les compositeurs sont parvenus à recréer un orchestre de qualité. The Great Sea donne énormément d’envergure aux voyages maritimes de Link, mais il est vrai que les versions orchestrales, que ce soit celle de Polymanga 2016 ou du concert ayant eu lieu pour le 25ème anniversaire de The Legend of Zelda, sont encore plus puissantes.

YOOKA-LAYLEE AND THE IMPOSSIBLE LAIR

Titre : Factory Fright – Flooded

Compositeur : Matt Griffin

Quelques secondes suffisent à reconnaître le style du compositeur anglais David Wise. À la musique de Yooka-Laylee and the Impossible Lair (créé par les artistes historiques du studio Rare), Matt Griffin a tout simplement tenu à rendre hommage à son collègue. Indiscutablement, Factory Fright – Flooded (aussi appelé 0Underwater Saunter) est un clin d’œil à Aquatic Ambience de Donkey Kong Country. La mélodie, les partitions en fond sonore, les percussions… tout rappelle l’escapade marine de Donkey et Diddy à dos d’Enguarde, ce bon vieil espadon bleu qui nous accompagnait sur Super Nintendo. Les plus attentifs auront aussi reconnus des sonorités d’une certaine Stickerbush Symphony de Donkey Kong Country 2 : Diddy’s Kong Quest. Si Yooka et Laylee (provenant du jeu de mots Ukulélé) n’ont pas la même résonnance que le gorille de Nintendo, il n’en demeure pas moins que ce thème mérite une longue écoute. Joli, non ? Surtout qu’il s’agit visiblement du premier morceau finalisé.

J’ai passé mon entretien et on m’a expliqué de quoi parlait le jeu et quel type de jeu ça allait être. Je me souviens qu’on a parlé de certaines idées, notamment en matière de niveaux sous-marins. Mais en toute honnêteté, on a fait plus de 130 morceaux pour ce jeu, donc je ne me souviens pas de tout. À vrai dire, la majorité s’est terminé en eau de boudin (Rires). T’es un peu comme un sniper, tu passes des heures sur un morceau et tu te dis que ça sera bien. Et en fait, t’écris dix mélodies de m…. et une seule de bonne (Rires). Mais oui, je crois que j’ai commencé à faire une expérimentation et ça a abouti à la musique du niveau sous-marin. C’est celle qu’on a finalisé en premier pour le jeu.

SUPER MARIO 64

Titre : Dire Dire Docks

Compositeur : Kôji Kondô

Par sa liberté et sa richesse, Super Mario 64 demeure, pour beaucoup, l’une des expériences vidéoludiques les plus révolutionnaires de son temps. Entièrement pensé pour le stick et la forme unique de la manette Nintendo 64, il a aussi pour lui une bande son très immersive. De tous les thèmes accompagnant le joueur dans cette longue et passionnante aventure, Dire Dire Docks est sans doute l’un des plus marquants. Marquant car il impose un rythme mélodieux et posé à mesure que le moustachu en salopette s’enfonce dans les profondeurs du bassin de la Baie des pirates. Morceau très atmosphérique au piano électrique, Dire Dire Docks est à l’image du compositeur Kôji Kondô qui cherchait une mélodie douce, mais qui monte en puissance dès que Mario plonge et s’approche du fond du bassin. Les cordes et percussions viennent alors se marier au piano électrique pour une immersion gravée dans les mémoires.

Par rapport à Zelda, Mario a une ambiance beaucoup plus joyeuse, donc je cherche à faire de la musique joyeuse, rythmée et avec des mélodies faciles à retenir. Dans ce sens, la musique de Zelda coexiste bien avec celle de Mario, car elles ne se chevauchent pas.

WONDERBOY III : THE DRAGON’S TRAP

Titre : Side Crawlers Dance

Compositeur : Shinichi Sakamoto

Sans doute l’une des mélodies les plus célèbres de la Master System – même si le module FM, améliorant la qualité sonore, n’est jamais parvenu jusqu’à chez nous. Ce qui est complètement fou quand on sait que le jeu n’est pas sorti au Japon. Le compositeur Sinichi Sakamoto a mal vécu cette absence car il a travaillé sur deux versions : en PSG (rien à voir avec le club de foot) et FM ! Seulement voilà, comme le module FM n’est pas sorti en occident, les joueurs n’ont pas pu profiter de la qualité optimale de ses mélodies. Les anomalies du jeu vidéo parfois…

Pour en revenir à Side Crawlers Dance, c’est une musique culte qui a été reprise par de nombreux artistes (dont Banjo Guy Ollie dans une version magistrale). Ultra enjouée et reflétant les escapades du héros sur les bords de mer et sa découverte des fonds marins, elle est représentative du talent indiscutable du génial Shinichi Sakamoto. Quand on sait qu’il ne compose plus aujourd’hui, c’est un crève-cœur !

DEEP FEAR

Titre : Surfacing

Compositeur : Kenji Kawaii

Très grand compositeur japonais de musique de film et d’anime, Kenji Kawai a participé à une dizaine de projets vidéoludiques. Sorti sur Saturn en 1998, Deep Fear est un jeu à la Resident Evil se déroulant dans les fonds marins, et plus directement dans une station sous-marine. L’homme qui est derrière des œuvres musicales aussi puissantes que Ghost in the Shell, Mobile Police Patlabor ou encore Blue Seed a réalisé une quinzaine de morceaux pour Deep Fear. Surfacing, qui est celui de la fin de l’aventure, est probablement le plus emblématique. Après une intro vocale rappelant Ghost in the Shell, le piano électronique vient poser sa mélodie pour transporter le joueur dans une ambiance atmosphérique hyper accrocheuse. Immédiatement, on reconnaît le style de Kenji Kawai pour l’une des bandes-son les plus réussies de la Saturn. Et le dernier jeu sorti en Europe sur le support.

NEW SUPER MARIO BROS. WII

Titre : Underwater

Compositeur : Shiho Fujii

Une petite valse ? À l’image de la musique aquatique des premiers Mario, la compositrice Shiho Fujii s’est inspirée des travaux de Kôji Kondô pour réaliser cette douce mélopée au piano électronique. Œuvrant à la fois sur les versions Wii et Wii de New Super Mario Bros. (Wii et U), elle a imaginé une musique à la fois planante et immersive en y intégrant de petits passages de clochettes et de marimba. Employée chez Nintendo depuis 2007, elle a débuté sur Wii Fit avant de rejoindre des projets plus ambitieux comme les Animal Crossing, Mario et autre Mario Kart.

En ce qui concerne l’écriture des morceaux, j’ai eu du mal à prendre la mesure des anciens épisodes de Mario, ou à l’inverse, j’ai essayé de créer des thèmes différents des anciennes musiques et j’ai fini par faire des mélodies qui ne correspondaient pas du tout au jeu. En faisant ces erreurs, je me suis progressivement rendu compte que le tempo accompagnant le joueur est important. Ainsi, en plus de faire coïncider ma musique avec les lieux traversés (mer, désert et château), j’ai également essayé d’y insuffler un tempo en jouant moi-même au jeu.

ORI AND THE BLIND FOREST

Titre : The Waters Cleansed

Compositeurs : Gareth Coker (feat. Tom Boyd)

Quelques secondes suffisent pour plonger dans le monde féérique d’Ori. Avec The Waters Cleansed, Gareth Coker et Tom Boyd nous transportent loin, très loin. Alors que les instruments du monde (marimba, xylophone…) et que le piano s’éveillent, la mélodie à la flûte est d’une délicatesse rare. Pour immerger le joueur dans cet univers magique, Gareth Coker s’est imprégné des films à l’animation traditionnelle de Disney. Son idée était de faire ressortir le naturel des évènements comme pouvait le faire les artistes de dessin animé dans les années 1930 et suivantes. Compositeur d’Halo Infinite ou encore de Minecraft, Gareth Coker a cette propension a s’imprégner d’une ambiance pour imaginer des thèmes très différents les uns des autres. Vous me direz, c’est le lieu commun de tous les musiciens, mais le Britannique a véritablement quelque chose que d’autres n’ont pas.

J’ai beaucoup de chance de n’avoir pas encore été catalogué, car cela peut arriver avec certains compositeurs qui sont connus pour leur style particulier. J’ai eu la chance d’avoir l’opportunité de travailler sur un tas de styles différents. Si vous demandez à n’importe quel compositeur s’il peut écrire dans n’importe quel style, je pense que oui, mais cela passe par des recherches intensives et une passion totale. … Pour Ori, nous avons étudié un grand nombre de films Disney de l’époque où ils faisaient de l’animation traditionnelle, comme Bambi, le Roi Lion ou d’autres films célèbres, pour voir comment les choses bougent à l’écran et comment les personnages se comportent. Le mot « personnage » est très important car la musique adopte le point de vue du personnage, en l’occurrence Ori, qu’elle que soit l’interprétation que l’on en fait. Ce n’est pas vraiment un animal, mais plus une créature spirituelle que certains voient comme un renard ou un écureuil, mais en vérité, ça n’a pas d’importance. Lorsque j’écris ma musique, ce que j’essaie de faire ressortir au joueur n’est pas nécessairement un commentaire musical de ce qu’il voit, mais plus une musique qui reflète l’état d’esprit d’Ori lorsqu’il évolue dans ce monde.

WATERWORLD

Titre : Diving

Compositeur : Dean Evans

Attention : OVNI. Ce thème, à moins d’avoir une connaissance accrue du jeu, peu de personnes l’attendait probablement. Musicien anglais d’un talent hallucinant, Dean Evans a composé cette mélodie pour un autre jeu, mais le thème, tout simplement incroyable pour une console comme la Super Nintendo, a finalement atterri dans Waterworld. Pour celles et ceux qui n’ont pas connu cette époque, Waterworld est un film sorti en 1995 avec Kevin Costner en tête d’affiche. Ce long-métrage, à l’époque, a fait un tapage démentiel par son budget pharaonique (175 millions de dollars, l’un des plus gros à ce moment-là) et sa production spectaculaire. Décors déments, costumes par milliers, tournage à Venise, Hawaii ou encore Los Angeles… tout était grandiose. Malheureusement, ce dernier s’est totalement ramassé au box-office et il n’est jamais rentré dans ces frais. Qu’importe, une grande campagne marketing a été lancé autour du film et des adaptations en jeux vidéo étaient bien évidemment prévues. Si la version Saturn, entièrement en 3D, n’est jamais sortie, ce ne fut pas le cas des versions 2D sur Super Nintendo, Game Goy, PC et même Virtual Boy (le casque de réalité virtuelle de Nintendo). Dean Evans est parvenu à tirer le meilleur de la console de Nintendo pour un résultat qui se rapproche de Donkey Kong Country.

Avant de composer, je demandais généralement à l’équipe avec laquelle je travaillais à l’(époque ce qu’elle voulait. Globalement, soit j’avais carte blanche, soit on trouvait un terrain d’entente. Certains jeux nous apportaient également des descriptions… certains bonnes, d’autres terribles.

Jeux aux thématiques aquatiques : Endless Ocean, Endless Ocean 2 : Aventuriers des Fonds Marins, Abzû, Subnautica, Song of the Deep, UBOAT, Maneater, Deep Fighter, Bioshock, SOMA…

Lire l’article original sur jeuxvideo.com

The Legend of Zelda, Donkey Kong Country, Super Mario 64… les musiques des niveaux aquatiques à écouter pour se rafraîchir tout l’été ! - Actualités des Jeux Videos Like

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.